Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Avr 2018 | Profession
 

Aussi fort que les autres, un peu plus, un peu moins … les vendredis 13 sont toujours des journées de folie chez les détaillants de la Française des Jeux (voir Lmdt du 12 avril).

Et la presse des territoires s’en fait l’écho. Sur le ton jovial et enthousiaste qui accompagne les évènements vraiment populaires.

•• Comme cette édition Isère de Le Dauphiné qui donne la parole à Lionel Violette, buraliste du cours Berriat à Grenoble : « le vendredi 13, c’est l’aspect commercial le mieux réalisé après le père Noël de Coca Cola … Oui, parce que la Française des Jeux a réussi à transformer le jour qui symbolisait depuis longtemps la malchance en un jour de bonheur ! »

•• « Au moins la moitié des joueurs habituels du loto valident un ticket de plus (…) Et surtout, ça attire une clientèle supplémentaire, des collègues de boulot, par exemple, qui se regroupent en se disant : c’est le moment de faire quelque chose ensemble. »

•• « Ça brasse pas mal de monde dans le magasin, alors on est un peu sur le qui-vive.  On incite nos clients à valider leurs bulletins en amont, à ne pas attendre le jour J, notamment les abonnés.

« Il y a quatre ans, la file d’attente s’étalait jusque sur le trottoir, à 18 heures ! Aujourd’hui, il y a beaucoup plus de fluidité. D’ailleurs, la Française des Jeux, avec la pub et les affiches, nous aide bien à gérer cette affluence.

« Oui, le vendredi 13, ça marche vraiment et que ce soit en avril ou en décembre, peu importe. Même si ce n’est pas à Grenoble qu’on battra des records cette fois-ci, puisque nous sommes en période de vacances scolaires et que les Grenoblois sont moins présents. »