Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
6 Juin 2021 | Profession
 

Tentative d’escroquerie ou simple « maladresse » de la part d’un buraliste du nord de l’Ain ?

Deux versions se sont fait face, ce mercredi 2 juin, devant le tribunal correctionnel de Bourg-en-Bresse. Avec, en guise d’enjeu, un ticket de loto gagnant à 3 335 euros, comme le raconte Le Progrès.

Un client avait fait valider son ticket de loto, chez un buraliste détaillant,  le 1er avril 2020 et le lendemain, lorsqu’il était revenu présenter le billet, le compteur de la Française des Jeux avait immédiatement indiqué « Gros gain », affichant la somme de plus de 3 000 euros.

•• De retour, un peu plus tard, avec un RIB, on lui annonce alors que le gain n’est que de 335 euros. Le joueur perçoit son gain, sans autre réaction, mais se sent assailli par un doute le soir venu, une fois rentré chez lui.

Il a donc vérifié sur Internet le montant gagné qui correspond bien à 3 335 euros. Il décide alors d’écrire directement à la Française des Jeux qui lui conseille  de porter plainte.

•• L’enquête établira que le buraliste avait tout simplement encaissé le gain en son nom propre, à la place du gagnant. Mais le buraliste a défendu sa version à l’audience.

Il aurait simplement voulu rendre service : « j’ai trouvé ce ticket dans le magasin. Je pensais que le gagnant allait revenir. Au bout de neuf jours, j’ai fait ça pour sauver le gain. J’étais persuadé de revoir ce monsieur et de pouvoir lui remettre l’argent ».

Pas de quoi convaincre le ministère public, rappelant qu’en aucun cas le buraliste n’avait le droit d’encaisser un ticket gagnant, même pour le « sauver ». Verdict : 150 jours-amendes à 10 euros pour le détaillant reconnu coupable d’escroquerie, 1 000 euros de préjudice moral en plus du remboursement de son gain pour le joueur.