Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Oct 2019 | Profession
 

La Française des Jeux, dont le processus privatisation pourrait débuter dès novembre, a engrangé des mises en hausse de 9 % au troisième trimestre (à 4,12 milliards d’euros) grâce à l’envol des jeux de tirage, a-t-elle indiqué, ce lundi 7 octobre, tablant sur une croissance de 7 % des mises en 2019 (voir aussi Lmdt du 25 juillet).

•• Sur l’ensemble des neuf premiers mois de 2019, les mises enregistrées par la FDJ s’élèvent à 12,54 milliards d’euros (+ 8 %), les gains empochés par les joueurs grimpant dans les mêmes proportions à 8,52 milliards d’euros, a précisé la FDJ dans un communiqué, analysé par l’AFP.

•• Si les jeux de tirage et de grattage demeurent l’activité principale de l’opérateur encore détenu à quelque 70 % par l’État, les paris sportifs continuent de s’envoler (+14 % sur un an de janvier à septembre, à 2,56 milliards d’euros), après avoir franchi pour la première fois la barre des 3 milliards d’euros en 2018.

•• La FDJ prévoit d’atteindre 1,9 milliard d’euros de chiffre d’affaires sur l’année entière – dont 1,55 milliards d’euros pour la loterie et 370 millions d’euros pour les paris sportifs – contre 1,8 milliard en 2018.

•• Après une croissance attendue de 7 % des mises cette année, la Française des Jeux table sur une progression plus modérée de 4 à 5 % l’an prochain, même si l’opérateur devrait profiter de l’Euro 2020, tandis que le chiffre d’affaires devrait progresser de 5 % à base comparable, a-t-elle annoncé.

•• Indicateur crucial selon l’AFP : sur les trois premiers trimestres de 2019, la contribution de la FDJ aux finances publiques a gonflé de 7 % pour atteindre 2,62 milliards d’euros, cette manne pour l’État devant être maintenue même après la privatisation (voir Lmdt des 3 octobre et 2 septembre).