Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Juil 2015 | Observatoire
 

Tabac PsychoseDans une étude publiée dans The Lancet Psychiatry, des chercheurs du King College de Londres suggèrent très fortement, mais sans en apporter la moindre preuve, le rôle causal du tabagisme dans le développement de psychoses, aux côtés d’autres facteurs génétiques ou environnementaux.

Après l’analyse de 61 études d’observation portant sur des personnes présentant un premier épisode psychotique dont 15 000 fumeurs et 273 000 non fumeurs, les chercheurs britanniques formalisent plusieurs conclusions dans le sens d’une relation de cause à effet :
« • L’utilisation quotidienne de tabac est associée à un risque accru de psychose quel que soit le type de l’étude, cas-témoins (ou comparaison de la prévalence de la psychose entre fumeurs et non-fumeurs à un temps « t ») et des études prospectives (suivi de participants fumeurs et non-fumeurs sur la durée et évaluation de l’incidence de la psychose) ;
• la prévalence du tabagisme chez les patients psychotiques est 3 fois élevée que chez les témoins en bonne santé ;
• le tabagisme est associé à un développement plus précoce, soit à un plus jeune âge, de la maladie psychotique ;
• enfin, un âge plus précoce d’expérimentation du tabac est associé à un risque accru de psychose ».

Même s’ils font un peu marche arrière en expliquant dans l’article, (« Bien qu’il soit difficile de déterminer le sens de la relation, nos résultats suggèrent que le tabagisme soit pris au sérieux en tant que facteur de risque possible de psychose »), les chercheurs en rajoutent en invoquant aussi les effets du tabac sur l’activité du système de la dopamine dans le cerveau : l’exposition à la nicotine, en augmentant la libération de dopamine, pourrait favoriser le développement de la psychose.