Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
8 Oct 2018 | Profession
 

Philippe Coy s’est rendu, ce lundi 8 octobre, dans l’Indre afin de participer, à la mi-journée, à une table-ronde sur le thème « Les buralistes et nos territoires » en présence des députés Nicolas Forissier (LR, Indre) et Guillaume Peltier (LR, Loir-et-Cher). Il a aussi été l’invité du 6-9 de France Bleu Berry, avant la visite d’une buraliste à Écueillé.

•• « Il faut donner de la vision et de la perspective à notre réseau », a déclaré le président de la Confédération.

Devenir demain le drugstore du quotidien, « ça veut dire être présent à chaque moment de la vie des Français (…) le réseau a des atouts et doit s’adapter en proposant de nouveaux services ».

« Le tabac traditionnel c’est notre ADN, mais demain nous allons encore plus accentuer une offre sur le vapotage, parce que ce sont de nouveaux usages de consommations ».

•• Et pourquoi pas aussi … des fruits et légumes ? : « ce sont des pistes de réflexion (…) le bien-être, les circuits courts sont aujourd’hui des éléments que les consommateurs veulent retrouver à côté de chez eux », a-t-il poursuivi.

•• « Aujourd’hui, on est des préposés de l’administration, on vend des timbres fiscaux et des timbres-amende, mais demain avec les fermetures que l’on connaît dans les Préfectures, les cartes grises …ce sont des services que l’on pourrait développer ; dans le plan de réforme de l’administration fiscale, certaines trésoreries sont amenées à fermer, le buraliste pourrait aussi, pourquoi pas, être un acteur pour l’encaissement ».