Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Mar 2019 | E-cigarette, International
 

Les élus de San Francisco ont présenté, ce 19 mars, un projet de loi interdisant la vente de cigarettes électroniques jusqu’à ce que la Food and Drug Administration évalue leur impact sur la santé publique. 

La ville veut ainsi enrayer le développement du vapotage chez les jeunes (selon les Centers for Disease Control and Prevention, plus de 3,6 millions d’élèves de collège et de lycée américains, en 2018).

Cette mesure, si elle était approuvée, serait la première du genre aux États-Unis, empêchant les gens d’acheter des cigarettes électroniques en ligne ou dans les magasins physiques. Elle est dans la droite ligne d’une stricte réglementation locale du tabac et du vapotage (voir Lmdt du 29 juin 2017).

•• Le superviseur municipal de San Francisco, Shamann Walton, qui a présenté le projet de loi, a également annoncé un plan visant à interdire la fabrication, la vente ou la distribution de produits du tabac sur les terrains de la ville. « Nous ne voulons pas d’eux dans notre ville », a-t-il déclaré lors de la conférence de presse.

La législation vise, en fait, Juul Labs, dont le siège est à San Francisco (voir Lmdt du 12 février).

•• « Ce projet de loi soulève la question suivante : pourquoi la ville serait-elle à l’aise avec le fait que des cigarettes combustibles soient sur les étagères alors que nous savons qu’elles tuent plus de 480 000 Américains par an ? » a réagi Juul dans un communiqué.

« Ils essaient de fermer une entreprise qui opère pacifiquement dans leur ville (…) Pendant ce temps, vous pouvez vous promener dans les rues de San Francisco – si vous ne marchez pas dans des excréments humains – et passer à côté de gens munis de diverses aiguilles suspendues. Je pense que San Francisco pourrait avoir de plus grandes priorités. »

•• Toujours sous l’angle de la dépendance des mineurs, le procureur de la ville, Dennis Herrera, a déclaré qu’il avait envoyé une lettre demandant à la FDA d’évaluer les risques des e-cigarettes pour la santé publique, ajoutant que l’agence aurait dû examiner les produits avant que les magasins ne commencent à les vendre.