Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Fév 2015 | E-cigarette, International
 

USA E-cigarette AdoSelon une étude présentée lors d’une conférence de l’American Association for the Advancement of Science (AAAS), à San Jose (Californie), les jeunes américains de 12-18 ans qui essayent ou utilisent l’e-cigarette sont désormais plus nombreux que ceux qui essayent le tabac traditionnel.

L’analyse des données de consommation de plus de 40 000 lycéens révèle que 8,7 % des jeunes de 14 ans avaient fumé des cigarettes électroniques, le mois précédent. La proportion atteignant 16,2% et 17,1% chez les 16 et 18 ans, respectivement. En comparaison, 4 % des 14 ans, 7 % des 16 ans et 14 % parmi les 18 ans, avaient fumé des cigarettes.

« Ce n’est qu’un premier signal d’alerte, pas une conclusion définitive », a déclaré Wilson Compton, directeur adjoint de l’Institut national américain sur l’abus de drogues, qui préconise des efforts de clarification sur ses effets et une même prise de position des autorités. Car si l’e-cigarette est un « moindre mal que le tabac traditionnel et peut être utile pour arrêter le tabac », cet état des lieux est « inquiétant car cela pourrait être la seule et nouvelle façon de goûter à la nicotine ouvrant la voie à une accoutumance et au tabagisme », estime Wilson Compton.

« Si des adolescents qui n’ont jamais fumé de tabac se mettent à utiliser des cigarettes électroniques, cela est profondément préoccupant car ils s’exposent délibérément à la nicotine, une substance provoquant une puissante accoutumance », renchérit Roy Harrison, professeur de santé environnementale à l’Université de Birmingham.

L’été dernier, un rapport des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) indiquait que l’usage de la cigarette électronique, chez les jeunes non-fumeurs,  a triplé de 2011 à 2013 : « non seulement la nicotine est très addictive, mais elle peut toucher le développement du cerveau chez l’adolescent », mettait alors en garde les CDC (voir Lmdt du 28 août 2014).