Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
1 Fév 2018 | International, Profession
 

Suite au passage de l’Iqos, la semaine dernière, devant un comité consultatif de la FDA (The Tobacco Products Scientific Advisory Commitee) et de l’avis encore réservé de celui-ci devant les possibilités de communication sur les risques potentiellement réduits de cette innovation (voir Lmdt 26 janvier), Philip Morris International fait part de ses réactions.

•• Ceci, afin de situer l’audition dans le contexte de la démarche de demande de commercialisation de l’Iqos, auprès de l’US Food and Drug Administration (FDA), au titre de « modified risk tobacco product ».

Démarche qui continue et témoigne « de l’intérêt des autorités américaines pour toute innovation importante concernant les 40 millions de fumeurs américains. Le comité ayant abordé, en deux jours de réunion, une large palette de sujets scientifiques, techniques ou ayant trait à la communication avec le consommateur » précise un communiqué.

« Même si le comité ne s’est pas montré d’accord avec certaines de nos formulations, il s’est rangé à notre proposition selon laquelle une conversion complète à l’Iqos réduit significativement l’exposition du fumeur à des produits chimiques nocifs. »

•• De son côté, André Calantzopoulos (CEO de Philip Morris International) a qualifié cette audition d’étape-clé. « Nous remercions l’agence et le comité pour leur intérêt porté tant à notre dossier scientifique qu’à notre détermination pour fournir aux adultes fumeurs une information sur de meilleures alternatives. »

•• PMI rappelle que depuis 2008, plus de 3 milliards de dollars (2,4 milliards d’euros) ont été investis en recherche et développement sur l’Iqos et autres produits innovants. Et que 1,7 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros) vont encore être investis dans des usines dédiées.

Près de 4 millions de fumeurs adultes se sont déjà convertis à l’Iqos, dans le monde (voir Lmdt du 4 janvier).