Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Juil 2018 | E-cigarette, International
 

Revers d’un succès commercial fulgurant. La cigarette électronique des jeunes branchés d’Outre-Atlantique (voir Lmdt des 18 juillet et 14 mars) fait face à une campagne de plaintes accusant Juul … d’avoir créé une dépendance à la nicotine.

Trois plaintes ont été déposées depuis avril, rapporte le site du magazine de San Francisco Wired.

•• Deux en Californie pointent les pratiques commerciales trompeuses. Les plaignants affirmant être devenus dépendants et vapoter tous les jours, alors qu’ils voulaient arrêter de fumer … L’un, parmi eux, atteste également être plus troublé ou de mauvaise humeur lorsqu’il n’en fume pas …

Une troisième plainte a également été déposée en juin, auprès de la cour de district de New York, par la mère d’un adolescent de 15 ans, qui accuse Juul d’avoir doté ses cigarettes d’une quantité de nicotine « correspondant à des fumeurs adultes » (sic). Et d’affirmer que son fils s’est retrouvé en difficulté scolaire à cause de sa dépendance à la nicotine …

•• Juul annonce que les poursuites sont « non fondées » et que l’entreprise entend se  « défendre vigoureusement ». Et rappelle que sa communication est fondée sur l’affirmation que ses e-cigarettes sont destinées uniquement aux fumeurs adultes qui veulent arrêter le Tabac conventionnel.

•• Ses détracteurs se focalisent sur le fait que Juul aurait voulu cibler uniquement des clients jeunes. Les plaignants citent notamment la campagne de publicité « Vaporize » qui a mis en avant, en 2015, des jeunes adultes tenant l’e-cigarette en forme de clé USB sur d’énormes panneaux publicitaires de Times Square, à New York, ainsi que dans les annonces publiées par le magazine Vice.

•• La start-up fait déjà l’objet d’une enquête de la Food and Drug Administration (FDA), sur présomption de stratégie marketing orientée délibérément vers les jeunes (voir Lmdt du 8 mai).

Pour parer ce type d’attaques au Royaume-Uni, où elle s’est lancée la semaine dernière (voir Lmdt du 23 juillet), l’entreprise a annoncé, notamment, que les ambassadeurs de sa marque, sur le terrain, auront plus de … 28 ans.