Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Mai 2019 | International
 

Dans les onze états américains où le cannabis récréatif est autorisé, l’institut Kantar a mesuré les investissements générés en termes de publicité. Dans les états de Washington et de Californie, ils ont atteint l’an dernier un peu plus de 4 millions de dollars, soit 23 % de plus qu’en 2017.

Reste que ces nouvelles dépenses de communication, dédiées à ce produit, somme toute controversé, divisent les médias.

•• Selon Le Figaro, la majeure partie des achats d’espace ont profité à l’affichage. Les panneaux vantant les multiples vertus du « THC bio et thérapeutique » se multiplient visiblement aux abords des grands axes autoroutiers de Los Angeles ou de Seattle. Les journaux, les télés locales et les sites Internet sont les autres médias privilégiés par les start-up du secteur qui veulent se faire connaître. La presse, premier support en 2017, a été moins utilisée l’an passé.

Les achats d’espace publicitaire en ligne ont à l’inverse triplé. La télévision restant souvent trop chère. En fait, les consommateurs, surtout les jeunes, sont visés là où ils sont : dans la rue ou sur la Toile.

•• Ces nouvelles dépenses de communication dédiées à un produit controversé divisent, cependant, les médias américains. De grands réseaux de télévision ont refusé d’accueillir sur leurs antennes des spots faisant la promotion du cannabis.

Au moment du Super Bowl, en février, CBS a ainsi refusé un spot du producteur canadien Acreage Holdings. Et la chaîne très populaire ABC a fermé ses portes à Lowell Farms, une ferme californienne de cannabis bio, qui souhaitait diffuser une publicité durant la cérémonie des Oscars.