Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Sep 2018 | E-cigarette, International
 

Comme un ultimatum. Le régulateur américain – la Food and Drug Administration (FDA) – a indiqué, le 12 septembre, donner 60 jours aux fabricants d’e-cigarettes et d’e-liquides pour lui présenter un plan destiné à réduire la consommation de leurs produits par les adolescents. « Le nombre d’adolescents qui, à notre avis, consomment ces produits … a atteint des proportions qui sont celles d’une épidémie » écrit Scott Gottlieb, responsable de la FDA dans un communiqué (voir Lmdt du 8 mai). 

Si la FDA n’est pas convaincue par les propositions des industriels, les « arômes parfumés » pourraient être tout simplement interdits.

•• Au yeux du régulateur américain, la commercialisation de liquides aux parfums fruités ou sucrés rend ces produits particulièrement attrayants pour les jeunes consommateurs qui n’ont pourtant pas le droit d’acheter de cigarettes électroniques. « La disponibilité des cigarettes électroniques ne peut pas se faire au prix d’une dépendance des nouvelles générations à la nicotine, cela ne se passera pas », poursuit Scott Gottlieb.

•• Alors que les ventes de tabac conventionnel ne cessent de reculer aux États-Unis, celles de cigarettes électroniques progressent : en moyenne de 25 % par an depuis quatre ans. Et cette vogue n’a pas épargné les abords des collèges et des lycées, où le vapotage a supplanté la cigarette, en partie du fait du succès de fabricants comme Juul (voir Lmdt des 26 et 18 juillet).

•• Jusqu’ici, la FDA avait accordé une période de grâce aux fabricants, les laissant libres de vendre leurs produits le temps de prouver leurs vertus en matière de lutte anti-tabac (voir Lmdt du 19 mars). Admettant n’avoir pas anticipé le succès du vapotage auprès des jeunes et adolescents, elle a depuis mis la pression sur les fabricants et distributeurs, et verbalisé 131 d’entre eux après avoir établi qu’ils vendaient leurs produits à des mineurs.

•• Juul, le principal fabricant, qui fait déjà l’objet d’une enquête de la FDA depuis avril, dit cibler en priorité les adultes cherchant à se sevrer du tabac. L’entreprise affirme avoir modifié ses pratiques marketing en cessant de mettre en scène des jeunes de moins de 25 ans, comme la mise en place d’un filtre pour bloquer les mineurs de son site Internet.

Mais la FDA estime que les efforts des fabricants sont trop modestes. Ces derniers ont géré le problème « comme un sujet de relations publiques », estime Scott Gottlieb.