Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Oct 2019 | International
 

Les autorités américaines ont annoncé, ce mardi 21 octobre, avoir autorisé Swedish Match à promouvoir le snus comme une alternative moins nocive à la cigarette, une première pour ce tabac à sucer qui reste interdit dans l’Union européenne, sauf en Suède (voir Lmdt des 21 janvier 2018, 13 décembre 2017 et 19 juillet 2014). 

Le snus est autorisé à la vente depuis 2015 aux États-Unis, mais le fabricant, Swedish Match, n’avait jusqu’à présent pas le droit d’affirmer que ses produits, vendus sous la marque « General », étaient moins risqués que de fumer une cigarette.

•• La Food and Drug Administration (FDA) a conclu, après avoir examiné le dossier et les études fournies par le fabricant, que le snus posait un risque moindre de cancer de la bouche ou du poumon, de maladie cardiovasculaire et d’autres maladies associées à la cigarette. En outre, rien n’indique, selon les études, que les jeunes ou les non-fumeurs se soient particulièrement initiés au snus.

C’est la première fois que la FDA donne son autorisation à ce qu’un produit avec du tabac puisse mettre en avant une réduction des risques, en vertu d’une loi de 2009.

•• C’est le même processus auquel devraient participer les fabricants de cigarettes électroniques, sous le feu des régulateurs en raison de la popularité croissante du vapotage chez les jeunes Américains, et à cause d’une épidémie de maladies pulmonaires liées au mauvais usage du vapotage (voir Lmdt des 18 et 11 octobre 2019).

« Bien que nous autorisions ces produits spécifiques au tabac pour des risques modifiés, il est important que le grand public comprenne que tous les produits au tabac, y compris ceux-ci, présentent des risques. Quiconque n’utilise pas actuellement de produit au tabac, surtout les jeunes, doivent continuer à les éviter » a déclaré le directeur par intérim de la FDA, Ned Sharpless.