Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
18 Oct 2019 | E-cigarette, International
 

Le leader américain des cigarettes électroniques, Juul Labs, a annoncé, ce jeudi 17 octobre, la suspension des ventes de recharges aromatisées non-mentholées aux États-Unis, alors que le gouvernement de Donald Trump prépare une interdiction nationale, annonce l’AFP.

La marque cessera de vendre les arômes mangue, crème, fruits et concombre, jusqu’à ce que les autorités de santé fédérales finalisent les nouvelles réglementations sur le vapotage, a annoncé Juul dans un communiqué. Les « pods » aux goûts tabac, menthol et menthe continueront d’être vendus.

•• « Nous devons faire repartir à zéro le secteur du vapotage en gagnant la confiance de la société et en coopérant avec les régulateurs, les pouvoirs publics et toutes les parties prenantes pour lutter contre le vapotage des jeunes, tout en offrant une alternative aux adultes fumeurs » a déclaré le nouveau directeur général de Juul, K.C. Crosthwaite, nommé le mois dernier.

•• L’administration de Donald Trump a choisi la voie d’interdire les e-liquides aromatisés, une interdiction qui inclurait les goûts très populaires de menthe et menthol, a déclaré le ministre de la Santé en septembre (voir Lmdt des 11 octobre, 14 et 11 septembre).

Le texte n’a pas encore été publié mais devrait l’être « bientôt », a dit à l’AFP mardi un porte-parole de l’agence américaine des médicaments, qui a la tutelle sur le tabac et les cigarettes électroniques, la Food and Drug Administration.

Juul a assuré qu’elle ne contesterait pas la réglementation à venir de la FDA, mais par sa décision de jeudi, la société indique qu’elle considère que menthe et menthol doivent rester autorisées.

•• Ces débats se produisent alors qu’une mystérieuse épidémie de maladies pulmonaires sévères liées au vapotage a fait 33 morts aux États-Unis, avec 1.479 malades recensés depuis le printemps, selon des chiffres publiés jeudi par les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Dans 78% des cas, les malades avaient vapoté des recharges au THC, l’agent psychoactif du cannabis, souvent achetées à des dealers et fabriquées en dehors de tout cadre réglementaire (voir Lmdt du 4 octobre).

Voir aussi Lmdt du 17 octobre.