Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Déc 2018 | International
 

Dans cette histoire de la start-up Juul qui est devenu un géant du vapotage (voir Lmdt du 4 octobre), il y a des situations et des chiffres qui dépassent l’entendement des Européens.

C’est le correspondant du Monde aux États-Unis (édition des 23-24 décembre) qui nous apprend que Juul va verser 2 milliards de dollars (1,7 milliard d’euros) à ses employés. Soit, en moyenne, 1,3 million de dollars (1,1 million d’euros) chacun.

Objectif : devancer leur mécontentement de voir leur entreprise rejoindre le camp du « Big Tobacco », suite à la prise de participation significative d’Altria dans son capital (voir Lmdt du 20 décembre). En tout cas, voilà de quoi les fidéliser à un moment marquant de l’histoire de la jeune entreprise.

•• Dans une communication à ses 1 500 collaborateurs, Kevin Burns (patron de Juul) concède que l’arrivée d’un investisseur comme celui-ci est « contre-intuitif », mais l’opération « va nous permettre d’accélérer notre succès pour convertir les fumeurs adultes. »

•• Selon le Wall Street Journal, l’enveloppe de 2 milliards sera répartie en fonction du nombre d’actions de chacun des employés. Chez Juul, comme dans la majorité des start-up américaines, une partie de la rémunération est versée en actions.

(Voir aussi Lmdt du 22 décembre).