Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Sep 2019 | E-cigarette, International
 

Les « cas de problèmes pulmonaires » se seraient multipliés depuis plusieurs semaines aux États-Unis, à en croire une campagne particulièrement relayée sur le plan médiatique (voir Lmdt du 25 août).

Mais d’après les premiers éléments, c’est un usage détourné de la cigarette électronique qui pourrait les expliquer.

Les autorités sanitaires fédérales ont recensé 215 cas, à travers 25 états. À l’échelle de la population américaine … Les malades sont des adolescents et adultes adeptes du vapotage, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC). D’après les médecins, la maladie ressemble à une réaction des poumons à l’inhalation d’une substance caustique.

•• Si, par exemple, la ville de Milwaukee (Wisconsin) a demandé, cette semaine, à ses résidents d’arrêter le vapotage, la CDC s’est voulue plus prudente sur le lien entre la maladie et la cigarette électronique.

Cependant, les vapoteurs sont appelés à ne pas acheter de recharges ou de liquides dans la rue, notamment au THC, la substance psychoactive du cannabis. Ils « ne doivent pas modifier les produits de cigarettes électroniques ou leur ajouter des substances qui ne sont pas prévues par le fabricant », ont averti les CDC et la Food and Drug Administration (FDA) dans un communiqué.

•• « Ce n’est pas le vapotage qui est remis en cause, mais la manière », estime Jean-Pierre Couteron (porte-parole de Fédération Addiction) dans Le Parisien.fr le 31 août. En l’occurrence : « le problème n’est pas la cigarette électrique mais l’utilisation qui peut en être faite. »

« Mais certains vapoteurs se fabriquent eux-mêmes leurs liquides, dans la mode du fais-le toi-même » regrette Jean-Pierre Couteron. Pour le psychologue clinicien, les consommateurs prennent alors le risque d’utiliser des liquides de mauvaise qualité ou impropres à l’inhalation. « Ce qui peut déclencher des problèmes de santé » assure-t-il, « il ne faut pas jouer au petit chimiste. »

•• Plusieurs états américains ont effectivement annoncé que certains des patients atteints avaient utilisé leur cigarette électronique pour inhaler des liquides contenant du THC.

Les vapoteurs français pourraient-ils être atteints du même mal ? Aucun patient n’a été signalé pour l’instant. « Il faut remettre ça dans le contexte des États-Unis » rassure Jean-Pierre Couteron, « ils n’ont pas les mêmes règles de sécurité. »