Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Comme nous l’avons annoncé (voir Lmdt des 22 et 12 mai), le City Council de Beverly Hills a confirmé par, son vote, un projet d’ordonnance unique sur le territoire américain. Du moins, pour le moment.

À partir de 2021, il sera illégal de vendre sur la commune (35 000 habitants dont plusieurs stars … dans le Comté de Los Angeles) tous les produits suivants : cigarettes, tabac à rouler, cigares / cigarillos, snus et … cigarettes électroniques.

Seuls quelques hôtels de luxe et « cigars lounges » échappent à la mesure.

•• Certes, l’ordonnance va faire, fort probablement, l’objet de nombreux recours juridiques mais comme l’affirme à la presse, Lili Bosse, membre du conseil municipal : « interdire le tabac est conforme à l’image de bonne santé que nous voulons attribuer à la ville. Nous sommes sûrs que d’autres vont nous suivre ». Pour la petite anecdote, il n’y a ni cimetière, ni établissement hospitalier sur la commune.

•• L’association des points de vente de tabac américains (National Association of Tobacco Outlets regroupant des magasins de proximité et des stations-services : 60 000 membres) estime que la mesure va amputer entre 25 et 45 % du chiffre d’affaires total des 25 établissements concernés sur Beverly Hills. Elle estime que cette mesure n’a aucun sens, si ce n’est d’obliger les fumeurs à s’approvisionner dans les communes voisines à 10 kilomètres en voiture.

•• Guillaume Périgois, le directeur de Forest US (association défendant les intérêts des fumeurs), a déclaré aux médias : « toute interdiction imposée à des adultes pour les empêcher d’acheter un produit légal représente une attaque frontale à la liberté individuelle.

« Le fait d’interdire aussi la vente de cigarettes électroniques montre que cette véritable prohibition n’a rien à voir avec l’objectif initialement annoncé de protection des non-fumeurs. »