Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Même si le gouvernement de Pedro Sànchez n’est toujours pas investi – faute de majorité politique (si cela perdure, il y aurait de nouvelles élections en novembre), sa ministre de la Santé, María Luisa Carcedo (photo), vient d’annoncer, le 12 août, une nouvelle réglementation contre le tabagisme.

Façon de montrer que le gouvernement se préoccupe, malgré tout, de problèmes de société. 

Sa déclaration se voulant une « alerte » devant une augmentation des cancers du poumon, notamment parmi les femmes.

•• La précédente réglementation était entrée en vigueur, le 2 janvier 2011, avec l’interdiction de fumer dans les bars, restaurants et autres lieux publics couverts ou fermés (voir Lmdt des 16 septembre 2012 et 2 janvier 2013).

•• La ministre déplore, justement, que la législation actuelle ne soit pas assez appliquée dans le secteur CHR et que l’on fume trop sur les terrasses.

Et d’annoncer une réglementation plus stricte concernant le droit de fumer à l’extérieur tant pour les fumeurs que les vapoteurs. Sachant que l’application de la réglementation est du ressort des régions (autonomías, auxquelles elle vient de transmettre des consignes de fermeté … et un budget  de 9,5 millions d’euros pour la prévention) et des municipalités.

•• Depuis quelque temps, certains milieux médicaux et les associations anti-tabac (généralement moins virulentes qu’en France) font campagne pour un net renforcement de la réglementation. À travers plusieurs messages :

demandes de sanctions contre les nombreux établissements où les fumeurs se retrouvent sur des terrasses quasi-fermées ;
mise en application d’une même réglementation que pour le tabac traditionnel pour les produits du
vapotage ou à tabac chauffé (notamment une stricte interdiction de la publicité extérieure) ;
interdiction de fumer en voiture et dans les parcs pour enfants ;
mise en place d’aides pour les fumeurs (remboursement des substituts ; suivis psychologiques) ;
d’aucuns mettent en avant « l’exemple français » et proposent même le passage du prix du paquet (5 euros en moyenne) à 10 euros …

•• À propos « d’exemple français », la Union de Estanqueros (la « Confédération » espagnole) n’écarte pas, non plus, l’hypothèse du paquet neutre.

À suivre …