Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Il y a de quoi laisser rêveur : alors que le groupe Imperial Brands / Altadis a fermé, il y a 5 ans, sa dernière usine de cigarettes en Espagne (voir 19 janvier 2016), les découvertes d’installations clandestines de fabrication s’y multiplient (voir 5 janvier 2021, 26 décembre et 25 août 2020).

Dernier cas : cette opération « Fénix » – menée conjointement par la Douane avec la police espagnole et révélée cette semaine – qui a débouché sur le démantèlement, à temps, de deux installations clandestines appelées à travailler de façon coordonnée à Valladolid et dans la région. Les autorités espagnoles sont intervenues avant que la production ne démarre vraiment.

•• En fait, un atelier était consacré à la fabrication de cigarettes de contrefaçon. Un premier stock de 180 000 paquets vides y a été trouvé. Ceux-ci portaient les noms de marques destinées aux marchés anglais et espagnol. Un premier stock de 500 000 cigarettes ayant déjà été produit.

Et le second atelier devait y voir démarrer une activité de préparation de tabac à chicha (17 tonnes de tabac dédié à la chicha y ont été saisies).

•• Les machines et équipements trouvés sur place correspondraient à une valeur de 6 millions d’euros. Le responsable de l’ensemble, de nationalité bulgare, a été arrêté. Tout comme ses 8 employés  ukrainiens.

Ils étaient arrivés en Espagne, le 13 février, avec un visa touristique, aussi surprenant que cela puisse paraître en pleine pandémie.