Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
30 Nov 2017 | International, Trafic
 

L’opération « Monkey » de la Guardia Civil avait démarré en juillet 2014 et s’était conclue par l’arrestation de onze personnes ainsi que la saisie de 30 000 paquets de cigarettes de contrebande venant de Gibraltar et d’Andorre.

Ce lundi 27 novembre, six suspects ont reconnu les faits et ont été condamnés, par le juge pénal de la province de Jaen, à un an et trois mois de prison pour délit de contrebande et appartenance à une organisation criminelle. Une première en Andalousie.

•• Le jugement a considéré comme prouvé que les membres du réseau formaient une « bande organisée » ayant la capacité d’acheter du tabac à l’extérieur, de la faire rentrer en Espagne, de l’entreposer pour la revendre ensuite directement au consommateur dans des petits commerces.

•• À sa tête, un résident de Santaella (province de Cordoue) qui était le « propriétaire » du tabac jusqu’à sa livraison. Son distributeur à Jaen – qui vivait à 100 % du trafic – gardait la marchandise à son domicile. Également à la barre des accusés : deux individus en charge du transport et de la logistique, y compris dans leur propre véhicule ; enfin, un couple d’épiciers qui vendaient et entreposaient chez eux.

•• La Justice et l’avocat général avaient demandé respectivement trois ans et demi et quatre ans de prison. Les avocats de la défense ont négocié une réduction de peine pour les six qui ont reconnu les faits. Un septième, soupçonné d’être un pilier de la logistique, continuant à nier.