Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Mai 2019 | International, Trafic
 

Devant toutes les tentations que suppose la multiplication des affaires de contrebande de tabac dans la région … ce garde-civil a dû craquer (voir Lmdt des 26 février 2019 et 26 décembre 2018). 

En tout cas, un garde-civil andalou comparait, ces jours-ci, devant le tribunal de Séville pour avoir falsifié des documents nécessaires à une perquisition … qu’il se proposait d’opérer pour son propre compte.

En effet, suite à un tuyau, il s’était rendu avec un complice dans un bar de Mairena del Aljarafe (à l’Ouest de Séville) pour effectuer une perquisition lui permettant de trouver un stock de tabac de contrebande. Avec un mandat trafiqué par ses soins.

Sur place, il découvre pléthore de clients au bar. Il décide alors de différer sa vraie-fausse perquisition. Suffisamment de temps pour que son opération de falsification de documents soit dévoilée par des collègues venant de découvrir qu’il avait aussi volé des chasubles et des plaques-automobiles portant l’inscription « Guardia Civil ». Ceci, pour le compte de complices, manifestement vrais contrebandiers.

Il est requis 4 ans et 6 mois de prison contre ce mi-flic / mi-contrebandier.