Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
8 Août 2020 | International, Trafic
 

Les médias espagnols sont revenus, ce vendredi 7 août, sur la découverte d’une usine de tabac de contrefaçon cachée à 280 kilomètres de la frontière mais livrant prioritairement le marché parallèle français (voir 7 août).

La Douane française a joué un rôle déterminant dans l’enquête car c’est elle qui a intercepté, en mars, un camion avec 243 000 paquets de cigarettes provenant de cette usine clandestine.

•• Les journalistes sur place ont constaté que les bâtiments d’apparence vétuste de la ferme abandonnée où se cachait la fabrique disposaient d’un système d’insonorisation.

Les enquêteurs ont déclaré qu’ils pensaient que 324 000 paquets sortaient chaque mois de l’installation. Avec des imitations des marques Winston et Regal.

•• 14 personnes étaient à leur tâche sur place : « il s’agissait d’employés clandestins venant de pays de l’Est en fourgonnettes et repartant tout de suite à l’issue des campagnes de production » témoigne un des enquêteurs. « Ils ont une expérience car ils ont déjà travaillé au sein d’usines de tabac dans leur pays » confirment d’autres enquêteurs qui s’alarment de la prolifération de ces unités de production alimentant désormais les marchés espagnol et voisins.

La preuve ? Les saisies de conteneurs de tabac de contrebande, sur les ports, sont devenues rares – « on est passé d’une cinquantaine de conteneurs par an à 2 ou 3 » -, ce qui laisse à penser que les usines clandestines ont pris le relais.

•• Le grand quotidien El Pais rappelle deux autres découvertes récentes et spectaculaires :

une usine clandestine souterraine, dans la région de Malaga, produisant 3 500 paquets de cigarettes à l’heure, soit 20 détenus d’origine britannique, lituanienne ou ukrainienne (voir 21 février 2020).

 une très grosse installation, près de Tarragone, fonctionnant avec du tabac de Bulgarie pour produire 500 000 paquets par jour arborant les couleurs de pas moins de 13 marques (voir 15 mai 2019). Avec des employés clandestins venant de toute l’Europe.