Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Déc 2020 | International, Profession
 

Initiative remarquée, à Madrid, de la « Mesa del Tabaco » – que l’on pourrait traduire par « table ronde du tabac » ou « forum tabac », associant toute la filière tabac (voir 6 mars 2020, 15 et 17 septembre 2014) – et qui vient de diffuser auprès de son environnement tant institutionnel que médiatique un certain nombre de chiffres-clés sur le poids économique d’un secteur réglementé, responsable … mais représentant tout son poids dans la vie économique du pays.

Cette présentation a été faite publiquement le 11 décembre. Et elle s’appuie sur les chiffres d’une étude détaillée de KPMG Espagne.

•• Il en ressort que la contribution nette du secteur du tabac à l’économie espagnole est évaluée à 2,8 milliards d’euros. En plus des 9 milliards d’euros de recettes fiscales assurées par la vente des produits du tabac.

Autre information: le secteur représente 43 000 emplois.

Et il constitue un poids significatif dans la vie économique des « communautés autonomes » (régions) d’Estrémadure, des Canaries, de Cantabrie et de Navarre, en a retenu l’agence de presse espagnole EFE qui a repris largement l’information.

•• L’Estrémadure concentre 98 % de la culture du tabac en Espagne. 1 650 tabaculteurs et transformateurs sont situés dans la région de Caceres ou le tabac soutient l’éco-systeme de l’agriculture locale. Rappelons que l’Espagne est le troisième producteur de tabac du continent européen.

Notons aussi que c’est en Navarre que sont établis les 3 principaux industriels du marché mondial des machines-distributeurs de tabac : Azkoyen, GM Global Solutions et Jofesa. Plus de 30 millions d’euros, 500 salariés au total.

•• Le réseau des estanqueros (buralistes) représente 13 000 points de vente.

Sachant que le marché officiel du tabac connaît, cette année, une chute de 9 % en volume à cause de la pandémie : avec la forte baisse de la fréquentation touristique et des achats frontaliers.

La Mesa del Tobacco a demandé que les autorités assurent un « cadre réglementaire différent aux produits de nouvelle génération » et a rappelé son opposition au paquet neutre.