Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Jan 2021 | International, Trafic
 

On vient d’apprendre le démantèlement de toute une infrastructure de production de cigarettes de contrefaçon en Andalousie.

Décidément, quand ce n’est pas la Belgique (voir 9 décembre et 28 octobre), c’est l’Espagne (voir 26 décembre, 8 novembre, 25 et 8 août) …

L’opération, fruit d’une étroite collaboration entre la police et la douane espagnoles, remonte au 16 décembre et a commencé par une descente, au petit jour, dans une villa de Bormujos (à 11 kilomètres de Séville) où étaient installées les « têtes » de l’organisation.

•• Puis, quasi-simultanément, les perquisitions se sont enchaînées :

. dans deux ateliers de préparation du tabac : à Lucena (à 70 kilomètres de Cordoue où trois Ukrainiens ont été arrêtés) et à Ecija (à 80 kilomètres de Cordoue sur la route de Séville) ;
. dans une petite usine clandestine de fabrication : à Marchena (à 60 kilomètres de Séville où trois Biélorusses et un Ukrainien ont été interpellés).
. 5 autres « opérateurs » ont été arrêtés dans la foulée.

•• Les saisies donnent une idée de l’ampleur de ce dispositif clandestin :

. 10 tonnes et 320 kilos de tabac ;
. 4,2 tonnes de tabac à rouler ;
. 45 500 paquets vides de cigarettes contrefaits ;
. les sous-ensembles d’une chaîne de fabrication susceptible de produire 1 million de cigarettes par jour, avec les appareils nécessaires à la préparation, à l’humidification et au séchage de feuilles de tabac ;
. un camion et une fourgonnette ;
. du matériel informatique et de télécommunications.

•• Les « opérateurs », tous en situation irrégulière, vivaient et travaillaient dans les ateliers ainsi qu’à l’usine en étant complètement confinés. Lors de l’opération policière, certains ont tenté de mettre le feu à l’un des ateliers de préparation pour faire disparaître des preuves.