Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
9 Déc 2017 | International, Trafic
 

L’Espagne devient le terrain privilégié d’implantation d’usines clandestines du tabac (voir Lmdt des 12 juillet 2016, 21 octobre 2015 et 20 septembre 2014). Et cela pourrait s’accélérer dans la prévision du paquet à 10 euros, côté français. 

L’opération, annoncée par la Guardia Civil le 6 décembre et coordonnée par Europol, s’est déroulée alors que les principaux responsables de l’organisation préparaient une livraison imminente de leur tabac de contrebande. Ce dernier était fabriqué dans une usine clandestine située à Grenade, dans laquelle ont été investis trois millions d’euros pour son démarrage.

•• D’une capacité de production quotidienne de 2 millions de cigarettes, le site intégrait tout le process de fabrication de A à Z : de la réception des feuilles à la fabrication en passant par la préparation, de la mise en paquet jusqu’à la distribution.

L’organisation avait même créé une marque, à elle, afin d’avoir une présence « apparemment banale » sur le marché.

•• Le personnel, d’origine ukrainienne ou bulgare pour la plupart, était spécialisé et travaillait 12 heures par jour dans des conditions frisant l’insalubrité.

En plus de l’usine, un entrepôt, dans les environs de Grenade, recevait tous les composants – venant de l’extérieur de l’Espagne – qui y restaient discrètement quelques jours en stockage afin de protéger le centre de production d’une intervention de la police.