Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Sep 2014 | International, Trafic
 

Espagne Usine clandestineA 150 kilomètres de Bayonne …
Une usine clandestine avec une  capacité de production hebdomadaire d’1,5 million de paquets …

Mardi dernier 16 septembre, les forces de l’ordre et les agents des Douanes espagnoles ont fait irruption dans une discrète usine, située dans un parc  industriel de la ville basque de Vitoria. Sur place, au rez-de-chaussée : des machines, 240 000 paquets contrefaits de cigarettes venant d’être confectionnés et 35 tonnes de tabac. Sur place, au travail, un Espagnol, cinq Lituaniens et sept Lettons. Lesquels disposaient, à l’étage, de chambres, salles de bains et cuisine pour leur hébergement.

Ce même jour, cinq autres Espagnols étaient arrêtés dans des petits entrepôts, situés ailleurs dans le pays mais travaillant en liaison avec l’usine de Vitoria : à Andoain, à 35 kilomètres de la frontière française (on y a retrouvé du matériel, venant manifestement de Letonie, pour fabriquer des faux paquets) ; à Legutiano (dans une autre partie du pays basque espagnol) ; à Lesaka (en Navarre où l’on a saisi un stock de tabac brut) et a Alcalá de Guadaira (prés de Séville, où étaient entreposés des paquets tout prés à être écoulés sur le marché parallèle andalou, le premier de la péninsule ibérique, voir Lemondedutabac du 15 septembre).

Espagne Usine clandestineOn a pu constater lors de la présentation à la presse, ce jeudi par les douaniers espagnols, que les faux paquets saisis au moment de l’intervention étaient destinés aux marchés espagnols et anglais (d’après les avertissements sanitaires). Et curieusement, les marques contrefaites ne correspondent pas à des noms très connus du grand public : Goal, Austin, American Legend (ce qui paraît incroyable, concernant cette ex-« marque blanche » sur les marchés espagnols et français, voir Lmdt du 20 mars), Ibiza et Palermo.

L’année dernière, deux ateliers clandestins ont été découverts en Espagne : à Coslada et à Guadalajara. Mais sans commune mesure avec le dispositif de production et de logistique qui vient d’être révélé avec le raid douanier de Vitoria.