Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Mercredi dernier, le 5 juillet à une heure du matin, une vedette des douanes espagnoles intercepte en pleine mer un attelage dont les prudentes manœuvres, à 21 miles nautiques des côtes de Cadix, confirment les soupçons des autorités.

Il s’agit d’un petit cargo plutôt vétuste, sans moteur ni équipage, tiré par un remorqueur à bord duquel se trouvent trois Italiens, deux Croates et un Roumain. Ceux-ci expliquent laborieusement qu’ils remorquent ce cargo destiné à être appareillé dans un chantier naval de Huelva, un peu plus au nord.

Mais il y a six conteneurs dans le bateau remorqué … avec 3,2 millions de paquets de cigarettes.

En fait, les deux embarcations avaient déjà été repérées, le 24 juin, au large des côtes tunisiennes. Et ce sont les autorités britanniques qui ont alerté Frontex – l’agence européenne des gardes-frontières et garde-côtes – du fait qu’un troisième bateau les avait approchées pour leur livrer des conteneurs.

Et il s’avère que cette histoire de cargo – remorqué parce que sans autonomie – relève d’un stratagème permettant de se faufiler entre les diverses responsabilités pénales du droit maritime.

En tout cas, les deux bateaux sont au port de Cadix, l’équipage du remorqueur en état d’arrestation.

Le délégué du gouvernement espagnol en Andalousie, Antonio Sanz, a revendiqué la plus grosse saisie de tabac jamais réalisée en Espagne (voir Lmdt du 20 juin 2017 et des 31 octobre ainsi que du 30 septembre 2016). En fait, cela représente le quart du total des saisies douanières de tabac de l’année dernière.

En 2010, on avait retrouvé 2,5 millions de paquets d’un coup à Las Palmas, aux Canaries.