Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Août 2018 | Pression normative
 

Le Parisien / Aujourd’hui en France de ce jour y consacre sa une : la vague monte sur les interdictions de fumer en plein air. À l’image de Strasbourg et Paris (voir Lmdt des 2 et 7 juillet), de plus en plus de municipalités prennent des arrêtés antitabac. 

« Cela fait partie des stratégies inscrites dans le Programme national de Lutte contre le Tabac 2018-2022 », indique le ministère de la Santé, qui compte sur les municipalités pour « augmenter le nombre d’espaces sans tabac (plages, installations sportives, parcs…) relevant de leurs compétences ».

•• Dans le Sud, Cannes a pris un arrêté pour interdire jusqu’à fin septembre narguilés et chichas sur une large partie de son territoire, y compris les plages (voir Lmdt du 27 juin).

Plus de clope non plus sous le parasol à Nice, Menton, Saint-Malo, Royan, reprend Le Parisien … Sur l’ensemble de la France, on compte désormais 973 « Espaces sans Tabac », le label officiel décerné par la Ligue contre le Cancer est reconnu par le ministère de la Santé. Une cinquantaine de plages, des parcs, jardins mais aussi des zones de loisirs, des entrées d’école ou d’hôpitaux.

•• « Quel est le sens de ces actions ? » s’interroge Philippe Coy auquel les auteurs de l’article donne (très brièvement) la parole « on est face à des gens qui font du spectacle. Créer de l’interdit n’est pas une solution ».

Signe que ces mesures ne font pas l’unanimité : dans la capitale, des affiches avec les cigarettes barrées ont été systématiquement arrachées dans un square du XIIe arrondissement (voir Lmdt du 13 août). « On va poser des panneaux métalliques à la place », réplique la municipalité.

•• Premier objectif de ces mesures, selon le quotidien : lutter contre les mégots, une source importante de pollution.

Mais Il s’agit également d’une question de santé publique. « Il faut dénormaliser la présence de tabac dans les lieux publics », explique Alexandre Feltz, médecin addictologue et adjoint (SE) au maire de Strasbourg, « les enfants qui voient des adultes fumer dans des espaces de loisirs associent la cigarette au bonheur. »

« On a longtemps distribué des cendriers que l’on retrouvait enfouis dans le sable. Depuis, les enfants ne font plus des châteaux de mégots, c’est redevenu familial » se félicite Patrick Boré, maire LR de La Ciotat, pionnière d’une plage sans tabac. « Ces mesures visent aussi à aider ceux qui n’arrivent pas à décrocher. La contrainte entraîne l’arrêt », reprend-il.

•• Mais déjà, une autre cible dans le viseur : les terrasses, les lieux de concerts et spectacles en plein air. « Nous, on ne fera rien de plus. Ce sera aux futurs élus de s’en charger, il faut y aller progressivement », temporise Alexandre Feltz.

Quant au ministère, il se contente d’indiquer qu’« il n’est pas prévu de nouvelle mesure législative ». Mais jusqu’à quand ? … s’interroge Le Parisien.