Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
6 Oct 2014 | E-cigarette
 

FIVAPELa publication de la circulaire précisant le cadre de la publicité pour la cigarette électronique (voir Lmdt du 5 octobre) a réveillé les foudres de la Fédération interprofessionnelle de la Vape (Fivape) contre le Programme national de Réduction du Tabagisme (voir Lmdt du 25 septembre). D’où une demande de moratoire, assortie d’une menace de recours judiciaires à l’encontre d’une réglementation « contraire à l’intérêt général des Français et d’une filière made  in France ».

« Les contradictions des pouvoirs publics deviennent chaque jour plus intenables, sinon dangereuses » estime la Fivape, dans un communiqué de ce jour, qui n’accepte pas le préambule de la circulaire « sous-entendant que le vapotage n’est ni plus ni moins qu’une nouvelle forme de tabagisme ».

« Il faut maintenant sortir du brouillard » … généré par la ministre de la Santé qui, d’un côté, déclare sur Public Sénat, le 30 septembre, « la cigarette électronique pour les fumeurs c’est très bien », mais, de l’autre, suggère des mesures punitives et contre-productives à l’encontre de la vape, en restreignant considérablement le vapotage  dans les lieux publics et en encadrant la publicité.

La Fivape annonce qu’elle va présenter, très prochainement, ses analyses et propositions au Gouvernement et à la représentation nationale.

D’ici là, la Fédération interprofessionnelle de la Vape demande « urgemment » un moratoire sur les mesures présentées par Marisol Touraine. Elle se réserve « toutes les voies judiciaires pour contester des réglementations » qui iraient contre l’intérêt général des Français et d’une filière qui participe à la relève du made in France. Enfin, elle appelle le Gouvernement à établir « un véritable dialogue avec les vapoteurs et les professionnels de la vape, plutôt que de systématiquement refuser le débat, et ce, au seul bénéfice d’une confusion dangereuse entre vape et tabac ».