Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Jan 2019 | Profession
 

Temps fort du début d’année que la traditionnelle rencontre organisée par la fédération des buralistes d’Ile-de-France / Seine-Maritime / Oise et la Douane – présidée par Bernard Gasq (administrateur de la Confédération) – et qui s’est tenue ce vendredi 11 janvier (voir Lmdt des 18 janvier 2018 et 6 janvier 2017).

Les élus syndicaux de la fédération y ont accueilli Yvan Zerbini (Sous-Directeur des Droits indirects), Jean-Roald L’Hermitte (Directeur inter-régional de la Douane d’Ile-de-France), les directeurs de différentes directions territoriales et les responsables du bureau F 3. La Confédération étant représentée par Philippe Coy, Sophie Lejeune (secrétaire générale) et Alain Sauvage (trésorier national).

•• Dans son discours de bienvenue, Bernard Gasq est revenu sur les « bonnes surprises » de l’année passée : « l’obtention pour notre réseau du fonds de Transformation » (voir Lmdt du 19 décembre 2018) et « le très bon travail des services douaniers … tel qu’on peut les voir dans les rapports hebdomadaires de saisies de la Douane que j’épluche de long en large » (voir Lmdt des 11 et 4 janvier), tout en rappelant qu’il était nécessaire de renforcer encore la lutte contre « le marché noir de ces petits trafics qui sapent notre moral à la longue, de ces vendeurs à la sauvette qui appâtent le chaland devant nos points de vente, de ces épiceries aux horaires extensibles, de Barbés … alors que nous n’en sommes pas encore au paquet à 10 euros, cela fait peur ! C’est pourquoi j’ai rencontré sur ce sujet plusieurs préfets de la région, dont celui de Paris, Michel Delpuech. »

•• « Que l’année démarre avec la même volonté d’assumer sereinement et fermement nos responsabilités et de travailler dans un esprit de co-construction comme nous nous sommes efforcés de le faire en 2018 » devait affirmer Philippe Coy.

« Il y a un an, la Confédération était immergée dans des négociations à 360 degrés avec Bercy, la Santé, la FDJ et Logista.

« Tout début février, nous sommes vite arrivés à un Protocole ambitieux (voir Lmdt du 4 février 2018) et à des accords concrets qui nous ont permis de conduire ce chantier, complètement inédit pour nous tous, de la définition du plan de Transformation (…)

« Mais force est de souligner que tout cela est passé, au préalable, par un travail minutieux et de nombreuses réunions d’analyses partagées, de réflexions approfondies mais aussi de négociations ardues avec l’équipe de la Douane.

« De même, nous avons pleinement pu apprécier et suivre sur le terrain le déploiement mis en place par la Douane dès lors que le ministre de l’Action et des Comptes publics lui a assigné, comme objectif prioritaire, la lutte contre le marché illégal du tabac : cet engagement ayant été pris en ma présence, le 13 mars, au port de Gennevilliers lors de la présentation du bilan de la Douane (voir Lmdt des 13 et 14 mars 2018).

« Quant à mes collègues de la Fédération Ile-de-France, je les remercie de s’être engagés sans réserve dans cette grande démarche de Transformation qui projette notre profession dans l’avenir.

•• « Le plan de Transformation aura les moyens de son ambition » devait confirmer, â son tour, Yvan Zerbini. « Son financement à 80 millions d’euros a été confirmé dans le dernier Projet de Loi de Finances et il n’y a eu aucune contestation de la part des groupes parlementaires (…)

« L’idée consiste à transformer vos points de vente ; cela concerne tout son espace et permet de diminuer le poids du tabac dans votre chiffre d’affaires. N’oublions jamais les fondamentaux de ce qui pour nous est une solution d’avenir gagnant-gagnant (…)

« Je vous formule, au nom du Directeur général, nos vœux pour que la lutte contre les trafics soient encore plus efficaces en 2019. Bien sûr, je vous réaffirme que nous sommes pleinement mobilisés contre toute forme de trafics et notamment le trafic de détail de proximité.

« Mais nous avons aussi besoin d’un effort dans l’aide que peuvent nous apporter les buralistes ; les « fiches-tabac » d’alertes et d’informations, sur ce vous pouvez observer sur le terrain, sont largement insuffisantes … »

•• En rebond aux propos d’Yvan Zerbini, Philippe Coy devait annoncer un peu plus tard que la Confédération travaillait d’ores et déjà pour l’élaboration d’une application sur smartphone de la « fiche-tabac », de sorte à rendre la procédure plus accessible aux buralistes.