Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Mar 2021 | Trafic
 

Olaf, 3 ans et demi, est un jeune chien des douanes. Après un bref passage de six mois par le port de Marseille, il est affecté depuis le 1er janvier 2020 à la brigade de surveillance du port de Cherbourg, notamment sur les liaisons ferries vers l’Irlande et le Royaume-Uni.

Il est spécialisé dans la recherche de tabac de contrebande. Et a déjà un joli palmarès : deux belles saisies en moins d’une semaine (voir 21 et 8 février).

•• « Olaf est une aide précieuse, un atout supplémentaire dans la lutte contre les fraudes. Il donne déjà entière satisfaction. C’est un travail d’équipe mais c’est vrai que sans lui, nous n’aurions pas réalisé d’aussi jolies prises » confie Jean-Michel Parmier, Chef du pôle action économique à la Direction régionale des Douanes de Caen, à La Presse de La Manche qui consacre un reportage à la jeune recrue.

« C’est prometteur pour l’avenir, d’autant que ces dernières semaines, avec le Brexit, le trafic vers ou en provenance d’Irlande s’est amplifié à Cherbourg »

•• Olaf a reçu huit semaines de formation à l’école nationale des douanes de La Rochelle, une école qui éduque chaque année une vingtaine de chiens (voir 28 janvier 2018 et 5 mai 2019).

Olaf a principalement pour mission de déceler les grands trafics. Un auxiliaire qui permet par vacation de 8 heures une détection plus rapide et plus sûre pour les personnels. « Quand mon chien effectue sa recherche, mes collègues sont là pour s’assurer que le contrôle se déroule en toute sécurité et qu’Olaf ne soit pas perturbé dans ses mouvements. Ils le considèrent comme un collègue de travail à part entière » explique Jessica la maître-chien.

Chez un labrador comme Olaf, l’odorat est 100 fois plus développé que chez l’homme. Quelques secondes suffisent. Mais l’odorat du chien ne suffit pas. Une équipe cynophile, c’est avant tout un travail en binôme. Une complicité qui se travaille dès le plus jeune âge. Les exercices ou les missions demandent une réelle complicité entre le conducteur et son chien. Une fouille approfondie de véhicules répond à un protocole parfaitement huilé.

•• Le chien fait un tour rapide de la semi-remorque avant d’en contrôler le contenu. La maître-chien sait reconnaître les signes d’une piste à suivre. Elle doit être capable de deviner les situations par la simple observation de son équipier à quatre pattes : fixité et direction du regard, position des oreilles, de la tête …

« Une odeur de cigarette dans un véhicule. Il suffit d’une trace infime pour qu’il marque en grattant. À nous ensuite d’approfondir la fouille en déchargeant par exemple le contenu du véhicule » poursuit Jessica.

•• Olaf peut être amené à mener un travail de détection dans d’autres ports mais aussi dans les centres de tri postal où la Douane assure une surveillance accrue du fret, en quête de tabac de contrebande vendu illégalement par internet.

Quotidiennement des contrôles sont réalisés pour vérifier le contenu des paquets en attente de livraison. Le chien est capable d’analyser le contenu d’un colis assez rapidement.