Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
8 Déc 2018 | Trafic
 

On sait qu’il se développe de façon exponentielle : le trafic de tabac par Internet et son corollaire, les livraisons par voie postale ou fret express. Invisible et difficile à arrêter dans le flux continu des colis, grossissant avec l’e-commerce. 

C’est moins spectaculaire qu’une saisie sur une aire d’autoroute mais la Douane agit aussi beaucoup sur ce vecteur du marché parallèle.

Par exemple, 300  missions de contrôle ont été effectuées depuis le début de l’année en Bretagne dans les centres fret express et postal : pour déboucher sur 180 saisies de tabac illégal, le double par rapport à 2017.

•• Rappelons qu’il est strictement interdit d’expédier ou de recevoir du tabac par Internet. Et pour faire passer le message, la Direction régionale de la Douane de Bretagne vient d’opérer une action de communication.

Ainsi, un contrôle douanier a eu lieu, ce jeudi 6 décembre, dans un centre de tri postal, près de Rennes, avec un maître-chien et son chien, spécialisés dans la recherche de tabac. Reportage de Ouest-France (une équipe de Radio France étant également sur place).

•• Haro, le chien des douaniers, se faufile entre les conteneurs remplis de colis. Il renifle les paquets et avance très vite, suivi par David, le maître-chien. Haro gratte une pile de cartons. Il a senti quelque chose (au bout de 5 minutes, parmi des milliers de paquets / ndlr). Le labrador est spécialisé dans la détection de tabac. Il y a en sept comme lui en France, formé à l’école de la Douane de La Rochelle.

David attrape le colis suspect. « Je vais demander à mes collègues de vérifier. Mais, c’est certain, il y a du tabac à l’intérieur », assure le maître-chien. Il a raison : le colis, posté dans le Nord  à destination de Saint-Malo, contient deux sacs plastiques remplis de tabac à rouler et … une peluche. Le tout accompagné d’un petit mot.

« La marchandise va être détruite » annonce Élodie, agent de la Douane à la brigade de Rennes. L’expéditeur et le destinataire ne seront pas poursuivis (dans ce cas). « S’ils se renseignent sur le suivi de leur colis, ils verront qu’il fait l’objet d’une saisie. »

•• Lors du contrôle au centre de tri, ce matin-là, les douaniers avaient ciblé un camion de colis venus du nord de la France, tout en étant parfaitement au fait de l’attrait du tabac venant de Belgique.

Les cartons sont examinés un à un et ouverts en cas de doute. « On les sélectionne au poids et s’ils sont confectionnés avec du gros scotch de manière artisanale, par exemple … » indique Élodie. Au cours de la matinée, cinq kilos de tabac ont été saisis.