Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Fév 2014 | Pression normative
 

JTI logoSuite au vote définitif de la Directive Tabac (voir Lemondedutabac du 26 février), JTI a publié un communiqué de presse, dont nous reproduisons l’intégralité.

« Au cours des derniers mois qui ont précédé le vote, nous avons exprimé un certain nombre de préoccupations au sujet de la directive :

« • Depuis le début, le législateur européen n’a pas réussi à démontrer que la Directive répondait aux exigences de santé publique. De nombreuses objections ont été faites à maintes reprises par les Etats Membres ainsi que par les principales commissions concernées du Parlement, mais elles n’ont jamais été véritablement prises en compte.

« • Les pressions politiques exercées par les activistes anti-tabac l’emportent sur le bien-fondé d’une proposition juste et équilibrée. En effet, les décisions hâtives et partiales sont contreproductives et ne conduisent pas à une législation efficace.

« • Ce ne sont ni les avertissements sanitaires démesurés, de l’ordre de 65% positionnés sur le haut des paquets, ni la standardisation de la forme et de la taille qui renforceront la prise de conscience des consommateurs quant aux risques liés au tabac. Alors que les consommateurs rencontreront des difficultés pour différencier les marques, cette disposition fera augmenter la contrebande et la contrefaçon en facilitant la reproduction des emballages.

« • Interdire les ingrédients tels que le menthol ne fera pas diminuer le nombre de fumeurs mais donnera une opportunité supplémentaire aux réseaux de contrefaçon de satisfaire une demande de consommateurs désireux d’utiliser des produits non réglementés.

« • Ces mesures disproportionnées auront des conséquences économiques néfastes, à la fois pour les Etats, l’industrie et pour des milliers de PME.

« Alors que la Directive va maintenant être adoptée par le Conseil Européen, nous faisons appel au bon sens des législateurs pour accorder une période de transition acceptable pour les Etats Membres, le secteur du tabac, les entreprises d’emballage, les fournisseurs d’équipements industriels, les distributeurs et les buralistes, afin qu’ils puissent disposer de suffisamment de temps afin de leur permettre de mettre en place ces changements complexes et radicaux ».