Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Déc 2012 | Pression normative
 

Emoi dans la presse suédoise, selon Le Monde, daté de ce vendredi 7 décembre. Non seulement, la nouvelle Directive Tabac européenne n’autoriserait pas le « snus », mais imposerait une contrainte dans le seul pays – la Suède – où il peut être vendu, suite à une dérogation datant de 1995 : cette pâte de tabac à sucer devrait, désormais, contenir au moins 85 % de tabac, à en croire ce que l’on prête aux projets de Bruxelles. Or, en Suède, le snus ne contient que 50% de tabac …

Un député européen suédois, Christoffer Fjellner, estime que « cela montre qu’ils ne sont pas contre les éventuels effets nocifs du snus, mais  contre le produit en tant que tel ». Dans Le Monde, le porte-parole de Swedish Match, fabricant du produit, déclare : « les hommes suédois sont ceux qui fument le moins en Europe et qui courent le moins de risques d’être frappés de maladies liées au tabagisme. 15% des Suédois ont arrêté de fumer grâce au snus. Au lieu de l’interdire, l’Union européenne ferait mieux d’offrir aux fumeurs une alternative aux cigarettes ».

Cet avis n’est pas partagé par Gérard Dubois (président d’honneur d’Alliance contre le Tabac) qui rétorque dans les mêmes colonnes : « les Suédois ont moins de fumeurs, mais plus de gens dépendants à la nicotine. Le snus est problématique, car il peut être une entrée dans le tabagisme, et il induit, en outre, une dépendance très forte à la nicotine ».

Ce débat sonne curieusement : on ne connaît pas encore les dispositions, sur le sujet, du texte de la prochaine Directive. Et tout le monde a, en tête, les conditions particulières de la démission du précédent Commissaire à la Santé, John Dalli (voir Lemondedutabac des 16 et 20 octobre).