Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Avr 2019 | Profession
 

Les buralistes doivent se transformer, faire évoluer leur métier pour survivre et faire face à la baisse des ventes de tabacs. C’est le message que Philippe Coy a rappelé sur France Bleu Drôme dont il était l’invité, ce matin, en amont de l’assemblée générale de ses collègues drômois.

« Déjà, on peut faire des actes postaux dans le réseau. Demain, on pourrait faire des encaissements fiscaux et des services de proximité.

Et si, avec la Sncf, nous arrivons à un accord-cadre, redonner aux usagers un accès à la billetterie de train … C’est un chantier ouvert avec Guillaume Pépy et la Sncf, nous y travaillons et nous espérons avoir une réponse d’ici la fin du premier semestre.

« Pour répondre aux besoins des territoires, à cette fracture dont on entend parler régulièrement, le réseau des buralistes essaie d’évoluer en proposant d’autres services, en plus de notre cœur de métier (tabac, vapotage), et des produits marchands qui répondent aux besoins de ces consommateurs.

« En fait …des solutions de proximité qui deviennent d’utilité locale. »