Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
11 Jan 2021 | Trafic
 

Ce quadragénaire n’a jamais pu livrer son chargement de près de 800 kilos de tabac à chicha de contrebande, transporté depuis la frontière espagnole jusqu’en Île-de-France.

Intercepté en début de semaine (voir 7 janvier), il a été condamné, ce vendredi 8 janvier, par le tribunal de Nevers, à payer ( s’il le peut un jour) 171 674 euros d’amende, tout en échappant à la prison ferme (18 mois avec sursis). Il était jusque-là inconnu de la justice.

•• D’après ses explications, il a fait ce transport par appât du gain (1 500 euros), ayant perdu son travail avec la crise sanitaire : « j’ai rencontré deux hommes dans un bar à chicha à Argenteuil (Val d’Oise) (…) J’avais besoin d’argent pour payer ma formation de taxi … » relate Le Journal du Centre qui a suivi l’audience.

Selon la version du prévenu, le périple a commencé par un voyage en train jusqu’à Montpellier où lui a été remis un téléphone avec contacts préenregistrés et une adresse à La Jonquera (de l’autre côté de la frontière espagnole, à la hauteur du Perthus).

•• Après deux jours sur place, un Espagnol lui a remis les clefs d’un Peugeot Expert et 500 euros pour ses frais de carburant, de péages éventuels et de nourriture. Le prévenu a encore assuré ignorer précisément la quantité de tabac véhiculée : « celui qui m’a remis les clefs de la camionnette m’a dit qu’il y en avait pour environ 600 kilos. »

Si le voyage s’est terminé à Myennes, dans la Nièvre, ce n’était pas fortuit, selon le procureur : « les douaniers de Bourges sont venus intercepter précisément ce fourgon, à la suite de renseignements issus d’agents infiltrés. »