Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
19 Mar 2019 | Trafic
 

Tout est parti d’une nuit de fin février dernier : avec le braquage d’un camion de livraison de tabac sur l’A7 et dont la cargaison s’élevait à 700 000 euros …

L’enquête, confiée à la Brigade de Répression des Atteintes aux Biens (BRAB), s’est rapidement concentrée sur le volet écoulement du butin en ciblant une petite équipe qui organisait, dans le Gard et les Bouches-du-Rhône, de la revente de cigarettes de contrebande.

•• Le 12 mars dernier, en fin de soirée, les fonctionnaires ont profité d’un moment où toute l’équipe était ensemble pour passer à l’action. En flagrant délit.

Localisés entre Pertuis (à la frontière entre les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse), Nîmes et Tarascon, les suspects avaient été filés par les policiers qui ont assisté, en planque, à plusieurs rendez-vous donnés dans des campings au cours desquels des colis étaient échangés.

•• Le jour du coup de filet, sept personnes âgées de 25 à 45 ans ont été surprises en train de participer au transport d’une dizaine de cartons remplis de cartouches de cigarettes.

Mais le plus important a été découvert, le lendemain, du côté de Saint-Gilles (à une vingtaine de kilomètres au sud de Nîmes). Dans un discret hangar, l’organisateur présumé – un ressortissant polonais – entreposait les stocks de tabac destinés à alimenter la filière.

Perquisition fructueuse : près de 53 cartons saisis sur place. Pour une valeur marchande estimée à près de 200 000 euros à la revente sous le manteau, dans les marchés ou derrière les comptoirs des établissements de nuit, selon La Provence.

Une partie de cette marchandise est liée au détournement du poids lourd de transport tabac, fin février sur l’A7. À ce stade, on ignore si certains des receleurs ont participé à l’attaque.

•• Dans le lot des interpellés, trois malfaiteurs ont fait l’objet d’une convocation directe devant le tribunal, à l’issue de leur garde à vue. Également visé par un mandat d’arrêt européen pour des escroqueries, l’organisateur polonais, âgé d’une quarantaine d’années, a, lui, été placé en détention.

L’enquête se poursuit, en lien avec la Douane, pour mettre à jour les ramifications du réseau et confondre les auteurs du braquage du camion.