Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
8 Déc 2020 | Observatoire
 

Après un premier week-end de réouverture en demi-teinte, les Français sont revenus nombreux, ces jours-ci, dans les commerces profiter des promotions du Black Friday, décalé d’une semaine.

Un décryptage du Figaro.

« Vendredi et samedi ont été de bonnes journées pour les magasins » se félicite, dans le quotidien, Emmanuel Le Roch, délégué général de la fédération du commerce spécialisé, Procos.

•• « Ce qui a été perdu le week-end dernier – la fréquentation était en recul de 20 % – devrait avoir été rattrapé ce week-end-ci. Il est rassurant de constater que les clients reviennent, même s’il est trop tôt pour savoir dans quelle mesure les ventes de décembre compenseront celles qui n’ont pas été réalisées en novembre, lorsque nous étions fermés » ajoute-il.

Tout le monde a profité, cette fois, du retour des clients. Dans l’habillement, les ventes de ce week-end sont en retrait de 8 % par rapport au week-end du Black Friday il y a un an. Mais cette mauvaise performance est compensée par un très bon début de semaine. « Les clients ont réalisé dès lundi des achats de rattrapage », constate Yohann Petiot, le délégué général de l’Alliance du Commerce, qui représente les grandes enseignes de l’habillement.

Comme au printemps, les magasins des grandes métropoles, pénalisés par l’absence de touristes et de salariés, profitent moins de ce rebond.

•• L’heure n’est pourtant toujours pas à la frénésie d’achats. Le protocole sanitaire, qui contraint souvent les clients à patienter à l’extérieur avant de pouvoir entrer dans un magasin, n’incite pas à multiplier les sauts de puce.

Comme à l’issue du premier confinement, les clients se rendent en magasin avec une idée précise de ce qu’ils vont acheter. Ils flânent moins mais achètent davantage.

Pour l’enseigne JouéClub, le comportement des clients en ce mois de décembre est encore énigmatique : les grands-parents qui ne verront pas leurs petits-enfants leur achèteront-ils quand meme un cadeau ? Ou leur donneront-ils de l’argent que ces derniers, espèrent-ils, viendront dépenser chez eux après Noël ?

•• L’essentiel des ventes réalisées au cours du Black Friday l’est dans des magasins (5 milliards d’euros de ventes sur 6).

Mais plusieurs sites marchands (Darty, Boulanger, PicWicToys…) ont connu ce week-end l’affluence des internautes. Cdiscount, le deuxième e-commerçant derrière Amazon, a recensé, vendredi, 10 millions de visiteurs contre 3 à 4 millions d’ordinaire, un record absolu.

•• Un Black Friday si proche de Noël réduit aussi la période au cours de laquelle les commerces peuvent vendre leurs produits à marge pleine, sans remise. Le mois de décembre est d’ordinaire l’un des rares mois de l’année où les distributeurs ne pratiquent pas de promotions. Là, beaucoup de commerces, qui croulent sous les stocks, ont proposé des remises importantes sur une plus large sélection de produits.

Et ce n’est pas fini. Le report des soldes du 6 au 20 janvier, décidé vendredi par le Gouvernement, devrait conduire les plus grandes enseignes à multiplier les promotions dès le début du mois de janvier. Nombre d’entre elles ne pourront attendre la fin du mois pour reconstituer leur trésorerie.