Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
28 Juin 2020 | Profession
 

Épisode numéro 39 de la revue de presse des témoignages de buralistes à travers les régions (voir 27 et 26 juin).

•• La vie d’un couple de buralistes, installé à Tours depuis 9 ans, a pris une autre dimension durant le confinement : ils n’étaient plus des commerçants au sens propre du terme, mais avaient l’impression, dans ce silence et cette inactivité imposée, de rester un des derniers lieux où les gens venaient échanger.

Tout était bouleversé : ils ont d’abord commencé par changer les horaires d’ouverture du tabac-presse en faisant une longue journée continue. Car pour que le magasin soit prêt, il faut être sur le pont au moins trois heures avant l’ouverture. La fatigue était là, mais le sourire aussi.

Côté organisation, « on a pris des risques, il a fallu improviser et avoir du bon sens, car personne ne savait vraiment ce qui se passait dans cette période étrange avec un ennemi invisible, qui angoissait tout le monde ». Ils ont vu le comportement des clients changer, avec une hausse des ventes de la presse quotidienne, de la presse ludique, et de celle pour les plus jeunes. En revanche, les jeux de grattage et autres eux n’ont pas marché.

Pour faire ce métier, il faut aimer les gens, assure la buraliste : « ils nous l’ont bien rendu. Nous avons trouvé sous la porte du magasin des lettres et des petits mots de remerciement et cela nous donnait du courageAujourd’hui, les choses sont redevenues presque normales, mais nous nous en souviendrons et nous remercions nos clients  » (La Nouvelle République).

•• Dans la nuit du 28 au 29 mai des individus ont fait sauter le distributeur de billets de la Poste de Marcy-l’Étoile (3 800 habitants, 15 kilomètres de Lyon) à l’aide de gaz provoquant d’énorme dégâts. Comme le bâtiment n’est plus en état d’accueillir du public, un couple de buralistes est en cours de formation afin d’ouvrir dans le tabac-presse un relais postal provisoire à partir du 29 juin.

« C’est logique de rendre service aux villageois. Nous avons accepté d’assurer ce service en attendant les travaux. On va se relayer le matin pour les produits de la Poste tout en continuant nos activités habituelles, surtout qu’en ce moment on a de grosses pertes sur la presse nationale que nous ne recevons plus » précise le buraliste. (Le Progrès).

•• Deux belles-sœurs reprennent le tabac-presse de Marolles (900 habitants, 40 kilomètres de Châlons-en-Champagne) et le diversifient en bar. Dans les locaux, l’espace vin laisse sa place à la zone tabac-presse, tandis que le bar occupera l’autre moitié de l’établissement. On pourra également y trouver une activité de dépôt de pain et des jeux à gratter.

« Plus tard, on envisage de lancer une activité de snacking le midi. Il y a un besoin, avec la zone d’activité » ajoute l’une d’elles qui a travaillé plusieurs années dans l’établissement. Les paris du PMU vont également se faire une place dans le bistrot familial.

L’établissement mise sur une offre diversifiée, pour attirer aussi bien les joueurs que les gourmands ou ceux qui veulent prendre l’apéro. Un commerce qui promet de créer du lien dans sa commune. (L’Union).