Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
10 Juin 2020 | Profession
 

Épisode numéro 27 de la revue de presse des témoignages de buralistes à travers les régions (voir 9 et 8 juin).

•• C’est une institution à Bressuire (19 000 habitants au nord des Deux-Sèvres). Et les nouveaux propriétaires ont gardé, sur la façade, la signature « Narval ». Mais désormais, l’établissement, qui fait toujours bar-tabac, Française des jeux et presse régionale, s’appelle :  « Le Narval café ».

Il a ouvert ce 9 juin. « Nous avons signé notre rachat le 13 mars et projetions d’ouvrir au 1er avril. Mais le confinement est passé par là et les travaux n’ont pu reprendre qu’il y a trois semaines » détaille le buraliste, 39 ans, basketteur professionnel « à la retraite ».

Un endroit accueillant et chaleureux, c’est le leitmotiv du couple de buralistes qui a tout repensé du sol au plafond, dedans comme dehors, tout a été refait. « Pour une clientèle plus large. Nous y tenions beaucoup, l’espace a été adapté pour qu’une personne handicapée, en fauteuil, puisse circuler facilement partout. L’accessibilité, c’est primordial ».

L’établissement est équipé d’un argument qui devrait faire mouche auprès d’un public plus jeune : quatre mange-debout connectés. Deux en terrasse et deux en intérieur. « Il n’y a qu’à poser son smartphone sur le bord de la table pour qu’il se recharge. Nous sommes le seul établissement du département à disposer de cet équipement ».

« J’ai eu de l’ambition tout au long de ma carrière sportive et j’en ai toujours maintenant que nous nous lançons dans le commerce. Ce qui importe, c’est que les gens se sentent bien chez nous et qu’on contribue à la redynamisation du centre-ville  » (Ouest France).

•• Pas évident de démarrer en pleine période de confinement …

Les nouveaux propriétaires d’un bar-tabac à L’Île-d’Olonne (2 700 habitants, près des Sables-d’Olonne) ont ouvert le 14 avril, après avoir réorganisé et rénové la décoration de l’établissement. Ils ont maintenu le tabac ouvert et réorganisé la décoration des lieux. Ils proposaient des plats traditionnels en bocaux et des saucissons.

«  Nous allons continuer à proposer de la vente à emporter mais également à consommer sur    place » expliquent-ils « nous avons aménagé l’espace pour répondre aux consignes sanitaires. La terrasse a également été divisée en deux avec une partie non-fumeurs pour le respect de tous ».

Parmi les nouveautés, la salle du fond conçue pour des expositions de peinture : « nous pensons changer d’artiste tous les mois. Nous allons aussi organiser des concours de fléchettes, de belote, nous voulons créer un lieu de rencontres intergénérationnelles » (actu.fr).

•• Un tabac-presse de Ligné (5 000 habitants, 30 kilomètres de Nantes) a attendu le déconfinement pour démarrer les travaux de modernisation.

Depuis le 29 mai, un bungalow éphémère a été installé sur le parking, ouvert pratiquement aux mêmes heures que le point de vente. « Après une douzaine d’années dans des locaux un peu vieillissants et un mobilier datant d’une vingtaine d’années, nous désirions instaurer un nouveau concept et aménagement différemment, tant pour nous que pour nos clients » détaille le buraliste.

« Nous ne pouvons pas agrandir. Quoi qu’il en soit, l’agencement de la surface au sol, le nouvel ameublement, l’installation de linéaires adaptés proposant plus de titres permettront de gagner de la place ».

L’espace PMU sera agrandi, même chose pour les zones dédiées à la téléphonie et au vapotage. L’espace accordé au colis sera, également, plus conséquent.

Le commerce de proximité rouvrira en juillet  (Presse Océan).