Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Mai 2020 | Profession
 

En l’attente des annonces sur la réouverture des bars et restaurants, les 15 000 buralistes ayant aussi une partie bar-brasserie se préparent au retour des clients et tentent d’anticiper les protocoles sanitaires à mettre en place, comme l’a expliqué Philippe Coy à RTL Midi ce lundi 25 mai (voir 23 mai). 

« Nous sommes très interrogatifs, la partie bar est un pilier essentiel de notre activité. Nous sommes ouverts depuis le premier jour du confinement avec l’activité tabac-presse-jeux. Nous attendons avec impatience la réouverture du petit zinc, car c’est aussi l’art de vivre à la française.

•• « Nous sommes conscients des règles de sécurité à mettre en place mais il ne faut pas détruire l’essence même de ce lieu de convivialité et d’échange. Aujourd’hui le port du masque sera rendu obligatoire dans tous ces établissements, c’est une protection pour les salariés mais aussi pour les clients et il est envisagé d’installer un Plexiglas entre le serveur et le client au comptoir.

« Mais comment allons-nous vivre au comptoir avec la distanciation physique ? Comment va se nouer l’échange ? Comment va discuter le client le matin avec son petit noir avant d’aller au boulot ?

•• « Ce sont toutes nos interrogations. J’attends des réponses dans les prochains jours. Nous travaillons avec des organisations comme le GNI et l’UMIH pour faire valoir ce bar à la française qui fait partie de notre patrimoine.

« La partie bar est très importante car c’est un lieu où on fait de la marge, qui vient en complément du métier de buraliste où nous sommes sur des commissions (tabac, jeux, presse). C’est l’addition de ces métiers qui fait le pilier économique et la résistance de notre réseau. 

•• « Ça fait quinze jours que j’essaye d’imaginer mon établissement après ce déconfinement. Comment retrouver cet art de vivre à la Française au comptoir ? Les brèves de comptoir seront-elles possibles demain ? Il faut respecter les protocoles sanitaires et nous avons à cœur de répondre au mieux à la protection des personnes, ainsi qu’au soutien de notre réseau : le fameux bar-tabac à la française ».