Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
27 Mai 2021 | Profession
 

À partir du 30 juin – que l’on soit dedans ou dehors d’un bar ou restaurant – il faudra se plier encore à certaines règles sanitaires. À la distanciation sociale et au port du masque va s’ajouter le « carnet de rappel numérique ». Son utilisation sera rendue obligatoire par un décret qui sera publié d’ici au 9 juin, selon Le Figaro. Lequel en dévoile l’essentiel. 

Ce dispositif est tout à fait indépendant du pass sanitaire, adopté ce mardi 25 mai par l’Assemblée. Ce dernier n’est en effet pas demandé à l’entrée des établissements concernés par le dispositif TousAntiCovid Signal.

En revanche, le carnet de rappel ressemble comme deux gouttes d’eau au carnet de contact, qui avait été mis en place dans les établissements, l’automne dernier (voir 16 mars 2021).

•• Sous le nom de « carnet de rappel numérique » se cache en fait une double réalité.

Les clients des bars, restaurants, salles de sport – et probablement aussi ceux des casinos – auront toujours la possibilité de laisser leur nom et numéro de téléphone par écrit, sur un bon vieux cahier. Mais, en même temps, le Gouvernement préfère mettre en avant la version numérique qui repose sur un QR Code. Il en vante l’aspect plus respectueux pour la vie privée, puisque les informations personnelles ne sont plus laissées au vu et au su de chacun.

•• La Commission nationale Informatique et Liberté a néanmoins recommandé que ce dispositif soit obligatoire dans les « seuls ERP (établissements recevant du public) présentant un risque élevé, et que le dispositif ne soit pas rendu obligatoire dans les lieux susceptibles de révéler des données sensibles tels que les lieux de culte et de réunions syndicales ou politiques et que des garanties techniques soient prévues telle que la durée limitée de validité des QR Codes et l’utilisation des codes à usage unique ».

•• Dans le détail, le mode de fonctionnement du carnet de contact numérique repose une nouvelle fois sur l’utilisation d’un smartphone.

• Le client arrive au restaurant.

• Il scanne un QR Code affiché dans l’établissement à l’aide de l’appareil photo de son téléphone mobile. « Le module fonctionne même avec les smartphones les plus anciens, dès lors qu’ils possèdent un appareil photo. La validité du scan durera 2 heures et il ne sera pas nécessaire de scanner le QR Code à la sortie » précise la Direction générale de la santé.

• Le simple fait de scanner un de ces codes ouvre l’application, ou pour ceux qui ne l’ont pas, le lien pour la télécharger.

• Si, dans les quatorze jours, une personne présente en même temps que lui se déclare positive au Covid-19, il reçoit une alerte orange.

• Si plusieurs personnes sont dans ce cas, l’alerte vire au rouge.

•• Le principe est de prévenir les personnes qu’elles sont cas contact. Ni le lieu ni l’identité du contact ne seront précisés. Les QR Codes générés par les établissements sont des crypto-identifiants qui ne permettent de retrouver ni le nom, ni l’adresse des lieux.

Une personne qui refuse de scanner le code ou de laisser ses coordonnées de manière manifeste – ou emploie un pseudonyme volontairement farfelu – peut se voir interdire l’accès du lieu concerné.

Et les gérants de ces mêmes lieux qui refuseraient d’appliquer ces mesures seront eux passibles d’une amende, voire risqueront la fermeture administrative de leur établissement. Ils pourront, de leur côté, se connecter à un site dédié pour obtenir le QR Code à afficher à l’entrée de leur établissement.