Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Mai 2020 | Observatoire
 

C’est le cas de la venta Berrouet – à cheval sur la frontière franco-espagnole à Sare (à une dizaine de kilomètres de Saint-Jean-de-Luz dans les Pyrénées-Atlantiques) – qui a réussi à attirer des clients captés sur les réseaux sociaux en ce week-end de l’Ascension.

Malgré la fermeture officielle des frontières.

•• 10h45, ce vendredi 22 mai, le message d’un contact propose à plusieurs personnes de rapporter des cartouches à Saint-Jean-de-Luz, rapporte un reportage de Sud-Ouest. « Si jamais ça referme, je peux t’en trouver à 60 euros » offre-t-il depuis la frontière franco-espagnole.

Le service est rendu par « un copain qui a une carte d’identité espagnole, et qui fait le trajet depuis le début du confinement. Il n’a pas de boulot, alors ça l’arrange, et nous aussi ».

•• Toujours ce vendredi 22 mai, des images de clients accoudés aux tables, laissées devant les bars et lieux de restauration à emporter, ou des files d’attente devant l’historique commerce franco-espagnol tournaient sur les réseaux sociaux.

•• La Gendarmerie est là … pour faire respecter la règle des 100 kilomètres. « C’est la seule chose que nous pouvons faire. D’ailleurs nous le faisons, et nous allons continuer à nous y employer », déclare à Sud-Ouest le commandant de la Brigade de Saint-Pée-sur-Nivelle qui couvre la commune de Sare.

Il ne souhaite en revanche pas vraiment s’engager plus en détail sur le cas de cette venta. « il y a un flou juridique » se borne-t-il à commenter, renvoyant toutes autres responsabilités aux autorités françaises et espagnoles (voir 10 avril et 11 mai).