Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Oct 2020 | Trafic
 

La marchandise était tellement bien camouflée qu’il a fallu « disquer » le véhicule.

Les douaniers de Frouzins (à une quinzaine de kilomètres de Toulouse) avaient intercepté, le 13 septembre, le conducteur de 30 ans en possession de 453 cartouches de cigarettes et 835 euros en liquide alors qu’il circulait sur l’A62, à hauteur de Bruguières (Haute-Garonne).

Domicilié près de Tours, il revenait d’Andorre avec ses portières bien chargées. Il a comparu, ce jeudi 8 octobre, devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour s’expliquer.

•• En effet, des cigarettes Philip Morris et Marlboro avaient été minutieusement cachées dans les parois de ce fourgon qui était d’ailleurs immatriculé en Haute-Garonne.

Valeur d’achat dans la principauté : 16 308 euros. Valeur marchande en France : plus de 44 000 euros. À Tours, celui qui n’en était pas à son premier aller-retour revendait les paquets entre 6 et 7 euros.

•• L’étude de son téléphone a trahi 46 bornages depuis le début de l’année près des Pyrénées avec un black-out pendant la fermeture de la frontière franco-espagnole.

Le prévenu a assuré pourtant : « la seule fois que j’en ai ramené, c’est quand j’ai été arrêté ». Le contraire n’ayant pas été démontré, il a été jugé pour ce seul voyage de la mi-septembre.

•• Pour l’avocat de la défense, pas de doute : « c’est la surtaxation en France qui favorise cette importation de tabac ».

Son client, dont le casier judiciaire comporte deux mentions, a été condamné à 10 mois à purger sous bracelet électronique. Il devra s’acquitter de 10 800 euros d’amende sans oublier 251 euros à verser à Philip Morris France, qui s’est constitué partie civile dans ce dossier.

•• « La coopération avec l’Andorre, couplée à la pression municipale sur le quartier Arnaud-Bernard de Toulouse ou sur les autres marchés parallèles, a permis de freiner les flux » estime dans La Dépêche du Midi Daniel Bruquel, en charge de la lutte contre la contrebande pour Philip Morris.