Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Nov 2018 | Observatoire
 

Une équipe de l’Université de Washington vient de publier, dans les comptes rendus de l’Académie américaine des sciences, un article expliquant que les Indiens d’Amérique du Nord fumaient déjà du tabac, il y a 1 200 ans. 

L’équipe a analysé une douzaine d’artefacts – objets en forme de tubes appartenant aux tribus indiennes Nez Percées – désormais exposés dans des musées. Ils ont ainsi pu révéler la présence de nicotine dans huit d’entre eux.

•• « La consommation de tabac y était extrêmement régulée socialement » raconte, dans Le Figaro, Danièle Dehouve, directrice de recherche au CNRS et spécialiste de l’Amérique précolombienne. « Elle était sans doute très différente d’un endroit à l’autre et malheureusement nous n’avons que très peu de sources pour l’Amérique du Nord. Mais on sait qu’au Mexique le tabac était réservé aux nobles et aux guerriers ».

La plante fumée, Nicotiana rustica, rendait plus puissants les autres psychotropes. Elle se consommait donc sûrement en complément d’autres substances. Un cocktail suffisant pour donner foi et courage avant de partir au combat.

•• Les auteurs précisent, cependant, dans leur publication que les plus anciennes traces de consommation de tabac sont bien plus anciennes. Elles datent d’il y a 6 000 à 8 000 ans, mais elles se trouvent bien plus au sud, dans les Andes.

•• Schématiquement, on peut dire qu’il existe deux espèces de tabac cultivé. Le Nicotiana tabacum qui est celui que l’on consomme de nos jours dans nos cigarettes, et le Nicotiana rustica qui est celui des populations indiennes. 

« Le Nicotiana rustica est encore consommé en Amérique », raconte Danièle Dehouve. « On le fume, mais on le mélange aussi avec de la chaux. Ce qui permet de le mâcher ou de l’appliquer directement sur les corps. Il est reconnu pour ses vertus thérapeutiques. » Le Nicotiana rustica est rare dans le climat froid du nord-ouest.

Le tabac séché (Nicotiana tabacum) s’est avéré plus puissant et facile à transporter en paquets ; ce qui a contribué à un tel essor, si rapide, qu’il a totalement occulté les pratiques de tabagisme antérieur.

•• « Le tabac est la seule plante qui a une telle ampleur géographique en Amérique à cette époque » constate Danièle Dehouve, « ce qui montre son importance dans l’ensemble des sociétés américaines ».

Il y a 1 200 ans, l’Amérique du Nord était peuplée de tribus, qui pour la plupart vivaient encore au stade de chasseur-cueilleur. Mais il existait aussi des sociétés d’agriculteurs en contact avec les puissantes civilisations méso-américaines. Il est tout à fait possible que le tabac ait été utilisé comme monnaie d’échange.

Les auteurs de l’article n’excluent cependant pas la possibilité que les populations locales aient pu cultiver elles-mêmes leur propre tabac.