Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
25 Fév 2020 | Profession
 

Toujours lors de cette journée de lancement de l’activité « Point de Proximité » chez les buralistes (voir ce jour et 22 février), Philippe Coy a été interviewé chez Jean-Jacques Bourdin (sur RMC). Extraits :

•• De la fiscalité chez les buralistes ? 

« C’est un métier que l’on fait déjà depuis de nombreuses années : vendre du tabac c’est déjà de la fiscalité. On pouvait aussi acheter sa vignette automobile chez le buraliste. Le Paiement de Proximité est un service complémentaire, modernisé, qui a surtout le sens de donner plus de proximité, plus de lien social avec les contribuables ».

•• Comment ça marche ? 

« Vous arrivez chez le buraliste avec votre feuille d’impôt qui contient un QR Code. Vous le scannez vous-même pour des raisons de confidentialité alors que le buraliste ne voit que le montant. Comme lorsqu’il valide une grille de jeu où il ne voit pas la combinaison mais encaisse le montant affiché. »

•• L’engagement des buralistes

« L’avantage de cette proximité, ce sera 6 200 points de contact à partir du 1er juillet où vous pourrez payer en numéraire ou par carte bancaire. Et je suis satisfait de voir que nous avions candidaté avec 4 600 points de contact, ce qui était notre engagement. Or nous avons aujourd’hui 6 200 buralistes qui peuvent prétendre à ce service.

•• L’avantage pour les buralistes 

« En dehors de la commission par transaction (1,50 euro), l’intérêt pour le buraliste est d’être inscrit dans le quotidien des Français – nous avons changé notre signature « Commerce d’utilité locale » – et de générer du flux avec cette activité qui fera venir de nouveaux clients. Ce qui donnera encore plus de sens à l’ancrage territorial du réseau.

•• En conclusion, Philippe Coy a ouvert la perspective de règlements d’autres factures sur le même modèle.