Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
27 Mai 2020 | L'Info
 

Une méta-analyse, parue le 12 mai dans Nicotine & Tobacco Research, conclut que le tabagisme augmenterait le risque de progression de la Covid-19.

Soit une nouvelle étude (consistant à compiler d’autres études) venant nourrir le débat sur d’éventuelles interactions entre nicotine et Coronavirus (voir 22 et 16 avril ainsi que le 17 mai).

Pour les chercheurs de l’université de Californie de San Francisco (USCF), mener des études sur la population générale sous-estime les risques du tabagisme dans la Covid-19.

•• « Le fait que la prévalence du tabagisme soit plus faible chez les patients Covid que la population générale a été citée comme preuve d’un effet protecteur du tabagisme » reprend (en exagérant un peu …) Roengrudee Patanavanich, chercheur à l’UCSF, membre du département de médecine de l’hôpital Ramathibodi à l’université Mahidol (Thaïlande) en faisant allusion aux études chinoises publiées en février (voir 20 février et 7 mars).

« Mais cette faible prévalence peut en fait être due à une sous-évaluation du tabagisme, surtout si l’on considère les conditions difficiles liées à la prise en charge des personnes dans des systèmes de santé souvent débordés » poursuit-il.

•• Les chercheurs américains ont donc réalisé une méta-analyse de 19 articles scientifiques parus dans PubMed provenant de Chine, de Corée et des États-Unis (pas d’Europe) et comprenant des données sur les habitudes tabagiques de patients atteints de la Covid-19 et la gravité de leur maladie.

Ils ont ainsi pu constater que sur 11 590 patients atteints de la Covid-19, 2 133 (18 %) avaient souffert d’une progression de la maladie. Chez les malades suivis, 731 soit 6,3 % d’entre eux, avaient des antécédents de tabagisme. Parmi ces derniers, 218 (29,8 %) ont connu une progression de la maladie contre 17,6 % des patients non fumeurs.

Ainsi le risque de progression de la maladie chez les fumeurs ou les anciens fumeurs est presque double par rapport aux malades qui n’ont jamais fumé, estiment les scientifiques en question.

•• Par ailleurs, quand la Covid-19 s’aggravait, les fumeurs observés développaient davantage de complications pouvant conduire au décès, ont-ils remarqué. « Le tabagisme est associé à un risque considérablement plus élevé de progression de la Covid-19 » commente Stanton A. Glantz, professeur de médecine et directeur du Centre UCSF pour la recherche et l’éducation sur le contrôle du tabac.

Cela pourrait s’expliquer, selon eux, car le tabac augmenterait le risque de développer des infections pulmonaires à cause des dommages faits aux voies respiratoires supérieures. Il entrainerait également une diminution de la fonction immunitaire pulmonaire.

Dans l’attente d’autres études.