Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Août 2019 | Profession
 

En Corse, la saison estivale représente jusqu’à 40% du chiffre d’affaire de certains buralistes. Mais jusqu’à quand ? rapporte un reportage de France 3 Corse de ce 23 août.

Avant de reprendre le bateau pour le continent, certains ont pris soin de mettre dans leurs valises une bouteille de vin, un pot de miel, voire une serviette de plage arborant un militant du FLNC en position de tir …

Et dans la liste des derniers achats avant le retour, l’île affiche une particularité : le paquet, voire plus généralement, la cartouche de cigarettes, 14 % moins cher que sur le continent, en moyenne.

•• Alors l’été, chez les buralistes de la place Saint-Nicolas, où les vacanciers s’arrêtent en général pour boire un dernier verre avant l’embarquement sur le port de Bastia, ça ne désemplit pas. Et la file d’attente s’étend souvent jusqu’au trottoir. Ou plutôt s’étendait…

Selon Lionel, cette saison, les cadences sont apparemment moins infernales que les autres années. Le bureau de tabac est presque vide : « on voit la différence, quotidiennement, minute après minute. Ici, dans ce tabac, on a toujours fonctionné à flux tendu, et là on a des moments de latence. On n’a jamais connu ça pendant l’été ».

Résultat, un quart de moins de paquets vendus par rapport à l’exercice précédent. France 3 pose la question : les mesures pour lutter contre le tabac ont porté leurs fruits ?

•• « Non, les gens fument juste autre chose », explique le président de la chambre syndicale des buralistes, José Oliva (voir Lmdt du 5 mars 2019) : « en France, il y a un million de fumeurs en moins. Les fumeurs ont opté pour une autre manière de fumer. Le vapotage, mais aussi la cigarette de tabac chauffé … ».

Cependant, la situation est moins inquiétante en Corse que dans le reste du pays. D’abord parce que les touristes sont encore nombreux à faire leurs emplettes pendant leur séjour, et ensuite, parce qu’il est difficile pour les Corses d’aller faire les leurs du côté d’Andorre …

Depuis le début de l’année la profession subit une baisse de 3 % du tabac vendu, en volume. Une situation plus enviable que celle de leurs collègues du continent, qui font face, eux, à une chute de 7 % (voir Lmdt du 12 août 2019).

•• Mais ça pourrait ne pas durer. Au premier janvier 2021, la Corse devrait, en principe, être contrainte d’aligner ses prix sur les leurs. Autant dire que la profession n’est pas encore vraiment prête à s’aligner sur les tarifs pratiqués de l’autre côté de la Méditerranée. Il va falloir que le Gouvernement soit convaincant, conclut le reportage. (Voir Lmdt des 6 juin et 30 avril 2018).