Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
6 Août 2018 | Pression normative
 

Sur les quinze plages corses labellisées « sans tabac », treize sont en Corse-du-Sud.

La région de Bastia n’en compte qu’une, celle de l’Arinella depuis juillet 2015 (voir Lmdt du 29 juillet 2015).

•• Pour justifier cette différence de situation, « le sud a plus de moyens humains que nous. Et les maires ont d’autres priorités l’été, notamment en matière de sécurité sur les plages et leur commune » explique Marc Germain, président de la Ligue contre le Cancer de Haute-Corse.

Et pour appliquer le label sans tabac dans un espace public, un arrêté municipal est nécessaire. Mais le choix de la zone à délimiter et la logistique liée à l’installation des panneaux ainsi qu’à la surveillance freinent aussi plusieurs élus, ajoute Corse Matin du 5 août.

•• Reste qu’il faut souligner aussi l’initiative du groupe Géant Casino qui propose, depuis plusieurs années, une distribution de cendriers de plage dans ses douze magasins sur l’île.

« Nous en donnons 30 000 à l’entrée de nos hypermarchés, l’espace de deux journées », confirme Franck Benet, directeur du Géant Casino de Furiani. « Nous souhaitons être un acteur économique responsable qui prend en compte les notions environnementales. »

•• Enfin, on retrouve, en Corse comme ailleurs, des divergences entre associations. Pour l’association de protection de la nature, Global Earth Keeper, « il faut inciter les fumeurs à se munir de cendriers de plage. » Mais pour la Ligue contre le Cancer, pas question de continuer à laisser fumer les gens sur les plages.