Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
1 Avr 2020 | International, Profession
 

Une filiale américaine de BAT – Kentucky BioProcessing (KBP) connue pour ses recherches dans le domaine – développe un vaccin potentiel contre le COVID-19, lequel se trouve actuellement en tests précliniques : c’est ce qu’annonce un communiqué de ce jour, publié par le groupe.

Si les tests s’avèrent prometteurs, BAT a bon espoir, avec le soutien des agences gouvernementales et l’appui de partenaires, de pouvoir produire entre 1 et 3 millions de doses du vaccin par semaine, à̀ partir de juin.

•• Le vaccin en cours de développement utilise une technologie, brevetée par BAT, de croissance accélérée de plants de tabac. Elle présente plusieurs avantages par rapport à̀ la technologie conventionnelle de production de vaccins :

• celle-ci est potentiellement plus sûre dans la mesure où les plants de tabac ne peuvent pas héberger d’agents pathogènes qui provoquent des maladies humaines ;

• elle est plus rapide car les éléments du vaccin s’accumulent beaucoup plus vite dans les plants de tabac : 6 semaines contre plusieurs mois avec les méthodes conventionnelles ;

• dans ce cas, la formulation de vaccin est stable à température ambiante, contrairement aux vaccins conventionnels qui nécessitent souvent une réfrigération ;

• la réponse immunitaire s’avère efficace en une seule dose.

•• La filiale américaine de BAT – Reynolds American Inc – a fait l’acquisition de KBP en 2014, dans le but d’utiliser une partie de sa technologie unique d’extraction du tabac pour contribuer à la poursuite du développement de ses produits de nouvelle génération non-combustible.

En 2014, KBP avait été́ l’une des rares entreprises à disposer d’un traitement efficace contre le virus Ébola, avec la fabrication de son produit ZMapp (voir 30, 24 et 9 août 2014).

•• BAT explore actuellement d’éventuels partenariats avec des agences gouvernementales pour soumettre son vaccin aux études cliniques le plus rapidement possible. Au travers des collaborations avec les gouvernements et des fabricants tiers, BAT estime qu’entre 1 et 3 millions de doses par semaine pourraient être fabriquées.

Le Dr. David O’Reilly, Directeur de la Recherche Scientifique de BAT, déclare à l’occasion de cette annonce : « nous sommes en contact avec la Food and Drug Administration américaine (FDA) et nous cherchons à obtenir des conseils sur les prochaines étapes. Nous nous sommes également rapprochés du ministère britannique de la santé et de la protection sociale, ainsi que de la BARDA aux États-Unis, pour apporter notre soutien et l’accès à nos recherches dans le but d’essayer d’accélérer le développement d’un vaccin contre le Covid-19.

« KBP explore depuis un certain temps des utilisations alternatives de la plante de tabac. L’une de ces utilisations alternatives est le développement de vaccins à base de plantes. Nous nous sommes engagés à contribuer à l’effort mondial visant à stopper la propagation du Covid-19 à l’aide de cette technologie ».