Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Mar 2020 | Institutions
 

Le Directeur général de la Santé, Jérôme Salomon (voir 4 janvier 2018), était encore récemment un inconnu du grand public.

Avec sa communication quotidienne sur la progression de l’épidémie de coronavirus et les consignes à suivre, le haut fonctionnaire – qui a pris une part active à plusieurs mesures anti-tabac, ces dernières années – est en train de se faire un visage. Extraits du portrait que lui consacre Les Échos (avec nos commentaires / ndlr).

En conférence de presse, le quasi-quinqua au visage rond et au crâne lisse déroule ses exposés tranquillement, façon causerie. « Ce n’est pas la figure du directeur d’administration centrale tueur … » témoigne l’un de ses amis dans l’administration.

•• À l’internat, il a choisi la spécialité « médecine de santé publique », qui était alors considérée comme une discipline mineure. Il s’est ainsi très tôt intéressé aux épidémies et a été pris en stage à la Direction générale de la santé (DGS), avant d’être recruté au cabinet du ministre Bernard Kouchner à la fin du quinquennat Jospin.

•• Puis il a rejoint le cabinet de la ministre de la Santé Marisol Touraine, comme conseiller en sécurité sanitaire. Il est alors resté en place au sein de ce cabinet malgré le fort « turn-over » connu par les collaborateurs de la ministre (ndl ).

Désormais, c’est lui qui pilote au ministère de la Santé, pour le compte d’Agnès Buzyn d’abord, puis d’Olivier Véran à présent, l’élaboration et le suivi de la stratégie Ma Santé 2022 . Il a soufflé à Emmanuel Macron l’idée du service sanitaire obligatoire pour les étudiants en médecine, en 2017.

Jérôme Salomon doit aussi accompagner les fumeurs dans l’arrêt du tabac alors que le prix du paquet de cigarettes est progressivement porté à 10 euros. Une stratégie à revoir au regard du bilan en demi-teinte de la dernière édition du « Mois sans Tabac » 2019, considéré comme préoccupant au sein du ministère (voir 4 décembre et 30 novembre 2019 / ndlr).

•• Parmi ses attributions, Jérôme Salomon parle au nom de la France dans les enceintes internationales de santé. « Il adore l’Organisation mondiale de la Santé où il a de nombreux contacts du fait de son ancienneté dans les cabinets ministériels » témoigne Benoît Vallet, son prédécesseur à la DGS, qui l’a vu plaider auprès de la ministre Marisol Touraine pour qu’elle se rende à l’Assemblée mondiale de la Santé.

Reste à savoir quel est son rôle exact dans le manque de dialogue actuel entre le ministère de la Santé et les acteurs de la vape (voir 1er juin et 31 mai 2018, et 11 février 2020 / ndlr ).